Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 08:06

entrevilles-segregation.JPGLe compte-rendu de la journée consacrée aux ségrégations
Une synthèse et l'intégrale en pdf
ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/54/07/70/entrevillesetmetropoles--segregation.pdf

Synthèse
À l’heure où plus de 60 % de la population européenne vit dans des villes,
 

et où la question du vivre-ensemble urbain se pose avec plus d’urgence que jamais, la Ville 

de Paris et la Maison de l’Europe de Paris, en partenariat avec la Commission européenne,

 

le Courrier International, les Films d’Ici et l’association Les Promenades urbaines, ont choisi d’ouvrir

 

un cycle de rencontres, en France mais aussi à Sofia, à Berlin ou à Lubljana, pour aboutir

 

en mai 2008 à des Assises européennes des citoyens et résidents des grandes métropoles. La dimension

 

européenne du projet est fondamentale : il s’agit d’encourager l’échange d’expériences entre

 

citoyens européens, de comparer pour mieux analyser, d’inventer tous ensemble l’Europe

 

et les métropoles européennes. Cette première journée était consacrée à la ségrégation urbaine,

 

abordée par deux biais « indirects » qui renvoient cependant aux préoccupations les plus

 

quotidiennes : l’école et la mobilité.

 

Le problème scolaire existe partout en Europe. Pourtant il s’est exprimé de manière

 

beaucoup plus ethnique à Milan, Londres et Berlin qu’à Paris ou Varsovie, renvoyant

 

chez les uns aux questions multiculturelles, chez les autres aux inégalités socioprofessionnelles

 

voire aux fondements culturels de l’éducation. Lorsqu’il s’agit de la scolarisation des enfants,

 

la mixité tend à devenir synonyme de ségrégation et de nombreux parents, qui peuvent

 

la prôner comme une valeur morale évidente, la rejettent au nom d’une indispensable réussite

 

qui les conduit à rechercher l’excellence pour leur progéniture. Il est clairement illusoire

 

de penser qu’une carte scolaire (elle existe dans tous les pays européens comparés au cours

 

de la journée) soit susceptible d’atteindre un objectif de mixité : cela supposerait une

 

répartition harmonieuse des différents groupes sociaux et ethniques dans l’espace urbain,

 

ce qui n’est pas le cas. Avec ou sans carte scolaire, seuls ceux qui en ont les moyens ont

 

véritablement le choix de scolariser leurs enfants où ils le souhaitent. Les classes supérieures

 

sont à l’abri de l’injonction à la mixité, sur le plan résidentiel et sur le plan scolaire ;

 

la ségrégation scolaire concerne aujourd’hui tout particulièrement les couches moyennes très

 

sollicitées pour participer à l’intégration sociale et les couches populaires moins familières

 

des méthodes d’évitement. Une réelle volonté de mixité sociale suppose de faire le choix

 

politique d’agir sur l’offre des établissements et sur leur recrutement. Derrière les questions

 

de ségrégation scolaire, on retrouve donc la question de l’intervention sur la ségrégation

 

socio-résidentielle : une politique efficace aurait pour tâche de raisonner en amont sur

 

la façon dont se répartissent les groupes sociaux dans l’espace urbain et d’articuler de manière

 

cohérente les politiques de peuplement et de logement et les politiques scolaires.

 

On peut dire que la ségrégation scolaire révèle la situation actuelle de la mixité sociale. L’école

 

revêt alors un double rôle d’intégration et d’exigences sociales. Co-habiter n’est pas vivre

 

ensemble. Entre pratiques individuelles et enjeu collectif, l’action publique doit-elle jouer

 

un rôle de médiation ?

 

Dans un espace urbain où les sphères de la vie se sont dissociées, la mobilité

 

est devenue un enjeu. Avoir ou non les ressources (financières, culturelles) de la mobilité

 

est fortement discriminant : les uns peuvent accéder à une part importante du marché

 

de l’emploi et des opportunités urbaines ; ceux qui sont assignés à résidence, eux, sont d’autant

 

plus enclavés que la norme générale de mobilité s’est élevée ; l’on voit ainsi apparaître

 

des situations d’« insularité ». Et bien que les configurations soient différentes selon les villes

 

(à Berlin, la ségrégation est centrale, tandis qu’à Paris, elle est périphérique), la comparaison

 

européenne met en lumière une véritable communauté de problèmes. Il apparaît que

 

la question de la mobilité est indissociable de celle du territoire et donc aussi de la question

 

foncière. Le prix du sol est une véritable machine à trier les emplois et les habitants ;

 

les classes moyennes ne peuvent que gagner des zones périphériques où le foncier est moins

 

cher. À Berlin comme à Paris, les classes moyennes, parties dans les années 1970-80 vers les

 

zones périphériques, et qui sont aujourd’hui confrontées à l’augmentation du coût de

 

la mobilité, n’ont plus désormais les moyens de revenir vers le centre. Les pompiers londoniens,

 

eux, habitent à 160 km de Londres...

 

C’est qu’un choix politique a été fait : celui d’évacuer la mixité sociale en favorisant

 

l’accessibilité, les progrès des transports en commun et du maillage systématique du réseau

 

routier rapide. Les outils de l’accessibilité ont permis d’épargner aux politiques publiques

 

une politique de contrôle foncier. Aujourd’hui, le prix de l’énergie a cessé d’être bas, la précarité

 

conduit à rechercher une mobilité qu’une installation lointaine rend souvent difficile, des

 

exigences environnementales émergent, et ce sur quoi l’on a compté pendant un demi-siècle

 

pour s’épargner une politique de contrôle foncier est en train de se refermer comme

 

un piège. La ségrégation territoriale était compensée par un accès de presque tous à la vitesse ;

 

aujourd’hui, la vitesse est remise en cause. La question foncière réintégrera-t-elle le champ

 

de la responsabilité politique ?

 

La mixité ne s’impose pas, elle doit se vivre. Dans un système métropolitain qui,

 

s’il n’est pas maîtrisé, a une forte tendance à créer de l’inégalité, la question de l’action

 

publique et de sa nécessaire cohérence à l’échelle d’un bassin de vie se pose avec une acuité

 

toute particulière. Quelle place donne-t-on à la société civile et à ses organisations face

 

au problème de l’égalité des chances ? Quelle société se dessine derrière la mise à distance qui

 

remplace aujourd’hui la confrontation mais qui n’empêche pas pour autant le conflit ?

 

C’est sur le plan européen que se jouera en partie la réponse. C’est aujourd’hui au niveau

 

de l’Europe que nous devons nous demander quel développement urbain nous voulons :

 

voulons-nous des pays unicéphales (la Pologne, la Roumanie imitent la France et mènent

 

une politique d’accroissement de la capitale) ? Voulons-nous encore régler les problèmes

 

métropolitains par l’étalement (et la vitesse, et l’absence de mixité), ou allons-nous

 

choisir, comme le fait Londres aujourd’hui, et dans une moindre mesure Bruxelles, de densifier

 

les centres de nos villes ? Ce ne sont pas des questions techniques, mais bien politiques ;

et l’on ne pourra plus éviter de les poser si l’on veut imaginer des politiques européennes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires