Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 12:27

je siège au Conseil d'administration de ce collège

1ère diffusion sur France 5

MARDI 14 SEPTEMBRE 2010 – 20h35

 

 

PROFS SUR LE FIL

Un documentaire de Rebecca Houzel

Durée 52’

 

Production Point du Jour avec la participation de France 5

 

Montage : Matilde Grosjean
Image : Zoltan Hauville – Philippe Herpain
Son : Maya Rosa – Laurent Benaïm

 

Résumé du film

 
 
Durant une année, les professeurs du collège Doisneau et du lycée Jean Macé, que nous avons filmés, nous ont permis d’entrer dans les coulisses de leur métier.
Dans leur classe, dans la salle des profs, dans les couloirs de l’établissement, dans les réunions avec les parents, dans les entretiens avec les élèves, dans les groupes de travail avec leurs collègues, les professeurs doivent, au jour le jour, trouver des solutions pour continuer à transmettre leur discipline à leurs élèves. Leur parole et leurs gestes permettent de rendre visible leur métier et les obstacles qu’ils rencontrent.
Au-delà des débats sur la crise du service public de l’éducation, ce regard concret sur l’exercice d’un métier dessine autrement les enjeux de l’école d’aujourd’hui.
Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 23:10
Le site de l'association 


































"Ma" tête de mort offerte par des amis mexicains il y a deux jours.


Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 12:15

Devant le siège de l'Adoma (ex Sonacotra)

 

 

 

 

 

 

 

Une quarantaine de personnes étaient présentes devant le siège de l'Adoma ( ex Sonacotra). Une délégation de délégués du Foyer, accompagnés de Mickael Hoare du COPAF, d'Isabelle Abiven,( voisine) , de l'avocat, et de moi même a été reçue ce soir par la direction de l'Adoma.

La rencontre a duré plus de deux heures. L'Adoma a du annoncer "la suspension" de la procédure d'expulsion à l'égard des résidents en retard de loyer mais maintient " fermement" sa demande d'expulsion à l'égard d'un résident qui avait hébergé un cousin.

La mobilisation doit donc se poursuivre, par une dénonciation de l'attitude de l'Adoma et par des interventions auprès du Préfet de Police pour qu'il refuse le "concours de la force publique " .

J'ai également proposé que dès fin Aout se tienne une table ronde reunissant résidents, l'Adoma, la mairie de paris, le Préfet  afin que soient recherchées les voies d'une solution puisque l'attitude de l'Adoma conduit à une montée de la tension. Au moins 7 résidents sont poursuivis en justice pour "suroccupation" ( le procès est le 26 Septembre.). Je solliciterai donc demain la mairie du XXe et la Mairie de Paris pourqu'elles en prennent l'initiative.

Il faut savoir que devant la situation intenable des foyers, l'incurie de l'Etat, la mobilisation des résidents, la mairie de Paris a décidé de consacrer des moyens importants à la rénovation des foyers. Le protocole mis en place prévoit la création d'un comité de pilotage et inclut la recherche de solutions pour les résidents qui sont en surnombre. Le foyer de la Duée doit être réhabilité en 2008, l'Adoma cherche donc a faire partir le maximum de résidents en surnombre ( les "surnuméraires") avant cette procédure.

______________________________________________________________________________

Pendant le mois d'août, cinq résidents du foyer Duée sont menacés d'expulsion par l'huissier, accompagné par les forces de l'ordre, sur décision de justice à la demande de l'Adoma. Ces cinq résidents font partie de dizaines de résidents du foyer qui ont été ou vont être traînés devant les tribunaux soit pour des retards de loyer, soit parce qu'un huissier lors d'un contrôle a constaté que le résident hébergeait un tiers (un membre de sa famille) dans sa chambre. L'usage des tribunaux est une pratique régulière chez ce gestionnaire. D'autres foyers (Fontaine au Roi, Commanderie à Paris, d'autres encore en banlieue) ont dû faire face aux mêmes intimidations. Mais rarement, et jamais dans les foyers de Paris, ces jugements d'expulsions ont été exécutés. Quelle est la situation au foyer Duée ? Le bâtiment est ouvert le 5 janvier 1980. Les cinq résidents menacés y habitent depuis ce moment, et sont donc des locataires-résidents du 20ème arrondissement depuis au moins 27 ans. Le foyer a besoin de gros travaux et est inscrit dans le plan de rénovation des foyers parisiens. L'Adoma qui a repris la gestion du foyer en 2001 sait que des négociations seront menées en vue de la rénovation à la fois sur le prix des loyers et sur le traitement des « surnuméraires » qui sont en fait des candidats au logement qui n'arrivent pas à trouver de chambres. Quatre des cinq personnes menacées d'expulsion le sont pour des retards de loyer qui vont de 763? à 2185,60?. Des retards de loyer de cette nature, sur des loyers mensuels de l'ordre de 230? peuvent se négocier et peuvent trouver des solutions par des échéances de remboursement. D'ailleurs la majorité des résidents ont soit déjà payé complètement leur retard, soit fait des propositions de remboursement échelonné. Quant à l'unique résident, M. Alkali Dioumasy, expulsé pour hébergement d'un membre de sa famille, si l'Adoma exécute ce jugement, alors la moitié des résidents des foyers d'Ile de France sont menacés d'expulsion, tant est grave la crise de logement pour les travailleurs et les jeunes célibataires immigrés. Sur toute la ligne, le comportement de l'Adoma est inadmissible. Elle utilise la force et l'intimidation alors que les résidents et leurs délégués, appuyés par les associations et certains élus, sont ouverts depuis toujours à la négociation. Elle menace d'envoyer la police dans les couloirs du foyer, ce qui ne peut qu'envenimer durablement leur rapport avec les résidents et provoquer des tensions parfaitement inutiles et potentiellement dangereuses. Nous exigeons que l'Adoma change de pratique : engage des discussions et établit des échéanciers de remboursement pour les locataires ayant un retard de loyers important, et prend en compte les demandes de chambres des individus « hébergés » plutôt que de les mettre à la porte sans discussions et sans respecter sa propre « mission sociale ». Nous appelons tous, résidents de tous les foyers, habitants du quartier, associations, élus, à venir devant le siège de l'ADOMA jeudi soir - pour exiger l'arrêt des procédures d'expulsion contre ces cinq résidents, - pour développer une vraie politique de concertation avec ses locataires à propos des multiples problèmes dans ses foyers. Le Comité de Résidents du Foyer 31-33 rue de la Duée, Paris 20ème, le Copaf, Fédération DAL

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis intervenu très vivement auprès du Préfet de Police et du Président de l'Adoma ( ex Sonacotra) et comme les représentants de l'Adoma étaient  furieux de mon courrier, et m'ont accusé de l'avoir transmis à la presse [ ce que je n'avais pas fait] je mets en ligne un extrait de ce courrier  "Je ne méconnais pas les problèmes de gestion, tant du point de vue des loyers que du point de vue de la surpopulation, mais la méthode employée ne me semble absolument pas correspondre à ce que vous revendiquez comme une fierté de votre mission, c'est-à-dire « accueillir et soutenir tous ceux et celles qui traversent des difficultés et ne trouvent pas leur place dans le logement social traditionnel ».

Votre attitude me paraît d'autant moins compréhensible que parmi les personnes menacées d'expulsions la résorption de la dette est en cours et quant au surpeuplement, il doit être examiné dans une procédure de négociation beaucoup plus large avec l'ensemble des locataires du foyer et les élus de la Ville de Paris, puisque cette situation de surpeuplement est le résultat aussi de la crise du logement que traversent Paris et la Région Ile-de-France. Je suis même assez indigné que de telles méthodes soient appliquées à des résidents qui sont très anciens, puisque certains sont locataires depuis 27 ans ....

Et Le Parisien de ce jour a consacré un article

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/54/07/70/foyerduee.le-parisien.pdf

 

 

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 20:07


Vendredi 29 juin s'est tenue au MRAP la réunion de création du Comité Justice et vérité autour de la famille de Lamine Dieng, ce jeune homme de 25 ans mort le 17 juin entre les mains de la police.

De nombreuses associations du 20e étaient presentes. En principe un juge d'instruction devrait etre désigné au début de semaine ce qui permettrait à la famille d'avoir accès aux pièces de l'instruction, notamment aux résultats de l'autopsie.Ce comité a pour but de fédérer des associations et des citoyens concernés par ce drame et disposés à agir pour obtenir la vérité sur cette affaire, puis justice si l'enquète révélait une responsabilité des forces de l'ordre dans ce décès.

Pour y adhérer vous pouvez contacter par mail : collectif-laminedieng@jubii.fr

Que s'est-il passé? Comment Lamine est-il mort? Pourquoi la famille n'a -t-elle été informée du décés que le 18 juin à 17h30? La famille ne peut faire son deuil tant que ces questions ne trouvent pas de réponse. Une enquète de l'IGS est en cours, un comité de soutien très large s'est formé pour obtenir la vérité et la justice sur la mort de Lamine.

Avec Catherine nous sommes engagés - au nom des éluEs communistes - auprès du père de Lamine , de ses frères et soeurs  à tout faire pour que la famille puisse disposer de toutes les informations sur la mort de Lamine.

La dépèche de l'AFP

Manifestation à Paris après le décès d'un jeune dans des circonstances contestées

Plusieurs centaines de personnes ont défilé en silence dimanche après-midi dans le XXe arrondissement de Paris pour exiger que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort, le 17 juin, d'un jeune homme alors que la police était présente.

 Partis de la rue des Amandiers (XXe) où résidait Lamine Dieng, 25 ans, les manifestants, au premier rang desquels avaient pris place la famille du jeune homme, ont cheminé lentement jusqu'à l'hôtel de la rue de la Bidassoa (XXe) devant lequel le jeune homme est décédé. Ils portaient une banderole sur laquelle on pouvait lire: "pour Lamine mort entre les mains de la police".

 Le 17 juin, vers 04H00 du matin, la police avait été appelée pour un différend entre le jeune homme et sa compagne, dans une chambre de cet hôtel, situé non loin de son domicile.

 Les policiers ont déclaré avoir découvert à leur arrivée le jeune homme en état de démence dans la rue, avant qu'il ne soit victime d'un malaise cardiaque et ne décède.

 Pour Mouloud Aounit, président du Mouvement contre le racisme et pour l'amité entre les peuples (MRAP), présent dimanche aux côtés des proches du jeune homme, "il y a des zones d'ombre dans cette affaire: comment se fait-il que le corps du jeune homme ait été ressorti du fourgon de police (dans lequel il serait décédé selon la famille, NDLR), qu'il soit resté plusieurs heures sur la voie publique et que la famille n'ait été prévenue du décès que le lundi?", a-t-il déclaré à l'AFP.

 M. Aounit a fait part de son intention de demander dès lundi un rendez-vous à la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et à celle de la Justice Rachida Dati pour obtenir rapidement des réponses à ces questions.

 Interrogée, la préfecture de police (PP) de Paris a indiqué dimanche à l'AFP que l'Inspection générale des service (IGS - la police des polices) avait "été saisie dès le jour de la mort du jeune homme" et "qu'une enquête était en cours".

 Une fois le cortège arrivé sur les lieux où le jeune est décédé, la famille a déposé une gerbe de fleurs et le père a remercié les personnes présentes. Une soeur de la victime a espéré que cette manifestation permettrait à la famille d'avoir "de plus amples informations sur les circonstances de ce drame", demandant à d'éventuels témoins de se manifester, et a lancé des appels au calme.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 09:50

11 avril 2005 . Inauguration de la Place Joseph Epstein – Paris 20e
Pierre Mansat Adjoint au maire de Paris Elu du 20e arrondissement
Au nom des Elus communistes de Paris
Mesdames, Messieurs,
Chers Amis et camarades Cher Georges, Gilles, Boris et toute la famille
Comme toujours dans ces circonstances, c’est avec humilité et sous votre contrôle que je prononcerai ces quelques mots au nom des élus communistes de Paris. Permettez-moi un souvenir personnel. Il y a quelques années, alors qu’il inaugurait au Père Lachaise le monument aux FTP-MOI, Henri ROL TANGUY a rendu un hommage appuyé au colonel GILLES, à Joseph EPSTEIN. Il soulignait l’injustice que constituait l’insuffisance de la reconnaissance publique du rôle joué par Joseph EPSTEIN dans la résistance à l’occupant nazi. Quelques années après, Paris honore un homme exceptionnel. Le journal l’Humanité évoquant la vie de Joseph EPSTEIN parle de lui comme une légende. Il est une figure lumineuse. Nous honorons aujourd’hui le résistant, le communiste, juif polonais, qui inscrit sa vie dans la lutte pour la liberté, jusqu’au sacrifice suprême, en France, pour la France. Il est né à Zamosc, ville de Pologne, ville natale de Rosa Luxemburg et du grand poète yiddish Itshak PERETZ, dans une famille aisée, de grande culture. Adhérant très jeune au Parti Communiste polonais, militant contre la dictature de PILSUDSKI, arrêté, il doit quitter la Pologne et s’installer en France, à Tours. Il y poursuit son action parmi les ouvriers immigrés, menacé il doit partir à Bordeaux, avec sa compagne Paula. Il étudie le droit, obtient son diplôme d’avocat, milite au Quartier Latin contre le fascisme au coté de Lucie Aubrac, devient responsable des jeunesses communistes et du Parti Communiste Lorsqu’éclate le coup d’état franquiste. Joseph EPSTEIN est l’un des premiers antifascistes étrangers à partir combattre aux côtés des républicains espagnols, avant même la création des Brigades Internationales. Blessé, convalescent en France, il partage les activités de France Navigation, la compagnie maritime créé par les communistes pour approvisionner l’Espagne républicaine en armes. De retour en Espagne, il souhaite être affecté à une unité combattante et il s’illustre dans la bataille de l’Èbre. A la dissolution des Brigades Internationales, il est emprisonné en France au camp de Gurs. A la déclaration de guerre, Joseph EPSTEIN s’engage dans l’armée, Affecté à un régime polonais, il ne supporte pas l’antisémitisme des officiers et organise, avec 200 autres soldats juifs, leur départ pour la légion étrangère. A cette étape de sa vie , on mesure l’exceptionnel engagement de cet homme. Fait prisonnier en Allemagne, il s’évade du stalag, réussit à pénétrer en Suisse et à revenir en France. En 1942, il est le responsable de groupes de sabotage et de destruction de l’union des syndicats clandestins dirigée par André TOLLET, qui deviendra le Président du Comité Parisien de la Libération. Puis Joseph EPSTEIN deviendra le responsable régional de FTP de la région parisienne. Dans ces responsabilités, comme au cours de toute sa vie, il sera porteur de conceptions rassembleuses , ouvrant par exemple les rangs des FTP à des résistants d’autres sensibilités. Il sera l’initiateur de méthodes de guérilla qui seront généralisées dans la Résistance, particulièrement à Paris, et qui joueront un grand rôle dans la préparation de la Libération de Paris. Arrêté par la Police française, atrocement torturé pendant des mois, Joseph EPSTEIN, sera fusillé, sans avoir parlé, sans même avoir livré son vrai nom. Il livre dans sa lettre à son fils Georges le sens de son combat, avec des mots simples, des mots d’amour : “ Je tomberai courageusement, mon petit microbe chéri, pour ton bonheur et celui de tous les enfants et de toutes les mamans ”. Une légende ? Une figure exceptionnelle de la lutte contre le fascisme, l’antisémitisme, de la lutte pour la liberté. Joseph EPSTEIN, juif polonais, communiste, est une référence. Toute sa vie est un engagement pour des valeurs fondamentales, des valeurs qui sont celles qui nous animent, qui nous guident aujourd’hui, des valeurs de justice, de liberté, d’égalité, de fraternité dont le monde d’aujourd’hui a bien besoin. C’est donc un très grand honneur, pour le 20e arrondissement, qu’une place porte son nom. Le geste est d’autant plus fort que nous sommes ici au cœur d’un quartier populaire qui a accueilli et accueille toujours des générations d’étrangers, qui a donné tant de combattants à la lutte anti-nazi, a la lutte contre l’antisémitisme, aux combats pour la liberté et l’égalité.

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 09:34

11 avril 2005 . Inauguration de la Place Joseph Epstein – Paris 20e
 Pierre Mansat Adjoint au maire de Paris Elu du 20e arrondissement
Au nom des Elus communistes de Paris

Mesdames, Messieurs, Chers Amis et camarades Cher Georges, Gilles, Boris et toute la famille Comme toujours dans ces circonstances, c’est avec humilité et sous votre contrôle que je prononcerai ces quelques mots au nom des élus communistes de Paris. Permettez-moi un souvenir personnel. Il y a quelques années, alors qu’il inaugurait au Père Lachaise le monument aux FTP-MOI, Henri ROL TANGUY a rendu un hommage appuyé au colonel GILLES, à Joseph EPSTEIN. Il soulignait l’injustice que constituait l’insuffisance de la reconnaissance publique du rôle joué par Joseph EPSTEIN dans la résistance à l’occupant nazi. Quelques années après, Paris honore un homme exceptionnel. Le journal l’Humanité évoquant la vie de Joseph EPSTEIN parle de lui comme une légende. Il est une figure lumineuse. Nous honorons aujourd’hui le résistant, le communiste, juif polonais, qui inscrit sa vie dans la lutte pour la liberté, jusqu’au sacrifice suprême, en France, pour la France. Il est né à Zamosc, ville de Pologne, ville natale de Rosa Luxemburg et du grand poète yiddish Itshak PERETZ, dans une famille aisée, de grande culture. Adhérant très jeune au Parti Communiste polonais, militant contre la dictature de PILSUDSKI, arrêté, il doit quitter la Pologne et s’installer en France, à Tours. Il y poursuit son action parmi les ouvriers immigrés, menacé il doit partir à Bordeaux, avec sa compagne Paula. Il étudie le droit, obtient son diplôme d’avocat, milite au Quartier Latin contre le fascisme au coté de Lucie Aubrac, devient responsable des jeunesses communistes et du Parti Communiste Lorsqu’éclate le coup d’état franquiste. Joseph EPSTEIN est l’un des premiers antifascistes étrangers à partir combattre aux côtés des républicains espagnols, avant même la création des Brigades Internationales. Blessé, convalescent en France, il partage les activités de France Navigation, la compagnie maritime créé par les communistes pour approvisionner l’Espagne républicaine en armes. De retour en Espagne, il souhaite être affecté à une unité combattante et il s’illustre dans la bataille de l’Èbre. A la dissolution des Brigades Internationales, il est emprisonné en France au camp de Gurs. A la déclaration de guerre, Joseph EPSTEIN s’engage dans l’armée, Affecté à un régime polonais, il ne supporte pas l’antisémitisme des officiers et organise, avec 200 autres soldats juifs, leur départ pour la légion étrangère. A cette étape de sa vie , on mesure l’exceptionnel engagement de cet homme. Fait prisonnier en Allemagne, il s’évade du stalag, réussit à pénétrer en Suisse et à revenir en France. En 1942, il est le responsable de groupes de sabotage et de destruction de l’union des syndicats clandestins dirigée par André TOLLET, qui deviendra le Président du Comité Parisien de la Libération. Puis Joseph EPSTEIN deviendra le responsable régional de FTP de la région parisienne. Dans ces responsabilités, comme au cours de toute sa vie, il sera porteur de conceptions rassembleuses , ouvrant par exemple les rangs des FTP à des résistants d’autres sensibilités. Il sera l’initiateur de méthodes de guérilla qui seront généralisées dans la Résistance, particulièrement à Paris, et qui joueront un grand rôle dans la préparation de la Libération de Paris. Arrêté par la Police française, atrocement torturé pendant des mois, Joseph EPSTEIN, sera fusillé, sans avoir parlé, sans même avoir livré son vrai nom. Il livre dans sa lettre à son fils Georges le sens de son combat, avec des mots simples, des mots d’amour : “ Je tomberai courageusement, mon petit microbe chéri, pour ton bonheur et celui de tous les enfants et de toutes les mamans ”. Une légende ? Une figure exceptionnelle de la lutte contre le fascisme, l’antisémitisme, de la lutte pour la liberté. Joseph EPSTEIN, juif polonais, communiste, est une référence. Toute sa vie est un engagement pour des valeurs fondamentales, des valeurs qui sont celles qui nous animent, qui nous guident aujourd’hui, des valeurs de justice, de liberté, d’égalité, de fraternité dont le monde d’aujourd’hui a bien besoin. C’est donc un très grand honneur, pour le 20e arrondissement, qu’une place porte son nom. Le geste est d’autant plus fort que nous sommes ici au cœur d’un quartier populaire qui a accueilli et accueille toujours des générations d’étrangers, qui a donné tant de combattants à la lutte anti-nazi, a la lutte contre l’antisémitisme, aux combats pour la liberté et l’égalité.

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 10:15

Il y a quelques années j'avais , avec Catherine Gégout, réalisé ce petit document

Vous pouvez le consulter en cliquant sur l'adresse dans la liste des liens


http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/54/07/70/liberation-paris-20e.pdf

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 11:59

Attendu, espéré depuis si longtemps ( dans les années 70 les élus communistes du XXe organisaient déjà des manifestations) le périphérique est couvert a la Porte des Lilas. Les immeubles d'habitation sont protégés du bruit et un nouveau quartier faisant le lien avec Les Lilas, le Pré Saint Gervais, Bagnolet émerge.

http://www.elusparis.pcf.fr/actualite/IMG/pdf/lettre_pierre_mansat_peripherique_fougeres_03_07.pdf

 

En direct avec les éluEs communistes du XXe spécial PLU

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/54/07/70/en-direct---plu---supplmt.pdf  

 

 

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 17:47
Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 18:49
Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris XXe
commenter cet article