Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 15:14

gp citoyen 

Anne Hidalgo, Maire de Paris, et les Maires d’arrondissement vous donnent les clés pour mieux comprendre la future Métropole du Grand Paris.

 

 

Au 1er janvier 2016, Paris et les communes des départements de Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne constitueront la Métropole du Grand Paris pour agir ensemble, plus équitablement et plus efficacement, en matière d’urbanisme, de logement, d’hébergement d’urgence, de lutte contre le changement climatique et de développement économique.

 

Venez vous informer, discuter, posez vos questions :

 

                               -  Jeudi 5 mars 2015 : Mairie du 9ème à 18h45 – Salle du Conseil (6 Rue Drouot - 75009 Paris)

Mardi 17 mars 2015 : Mairie du 3ème à 18h45 – Salle des fêtes (2, rue Eugène Spuller - 75003 Paris)

- Mardi 31 mars 2015 : Mairie du 13ème à 19h00 - Salle des fêtes(1, place d'Italie - 75013 Paris)

 

 

N’attendez pas pour vous inscrire :  inscriptions-evenements@paris.fr

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:48

Vers un Manifeste Métropolitain pour le Grand Paris


>  Contexte :

. Prise de conscience universelle du fait métropolitain et de ses enjeux pour le développement durable

. En France, pour la métropole, évolutions informelles et institutionnelles : Conférence métropolitaine, Paris Métropole, Consultation internationale et Aigp, SDRIF, Loi sur le Grand Paris, SGP, préfiguration de la Métropole du Grand Paris, comité interministériel d’octobre 2014, perspective d’une exposition universelle du GP

. pour autant

-          L’objectif d’une métropole solidaire et attractive reste toujours d’actualité

-          La construction de la MGP se fait de manière sectorielle et/ou fragmentée : transports (avancées très importantes avec le Nouveau Grand Paris), logement (toujours la crise), aménagement (CDT en stand-by), institutionnel (mission de préfiguration)…

-          La loi MAPTAM conduit, du fait du périmètre choisi, à deux constructions parallèles : MGP + SRCI

-          Les citoyens, les acteurs économiques et sociaux ne s’y retrouvent pas


>  Processus :

Deux dimensions font principalement défaut pour la construction de la métropole entendue au sens large : (a) le sentiment d’appartenance + (b) l’implication de toutes les forces vives et la convergence des actions menées

(a)    Les événements dramatiques récents ont montré le besoin d’une identité partagée, vis-à-vis du pays mais aussi des territoires -> pédagogie, débats, controverses, propositions, vision

(b)   L’Etat, les collectivités à différentes échelles, les établissements publics, les investisseurs, les associations… chacun agit en parallèle, les habitants sont spectateurs  -> recherche d’un « lieu commun » de la construction métropolitaine

De la même manière que le discours du Premier ministre en octobre dernier a donné à voir les différentes composantes du Grand Paris à l’œuvre, il est nécessaire de relier les projets en cours, de les présenter et de les porter de manière systémique, de concevoir « le projet des projets ».

Pour que le Grand Paris Métropole ait un sens au sein des territoires et au-delà des frontières, il faut des lieux, réels et virtuels, où pouvoir découvrir et agir sur sa construction permanente. Il y a besoin de personnalités (du monde politique, de la société civile) à même de l’incarner. D’une plate-forme E. Métropole, métropole 2.0, qui soit adossée à des pratiques allant du débat de quartier à la rencontre internationale, en passant par des expositions, des appels à projets…


> Médiatisation :

Un Manifeste  permettrait de réunir ceux et celles qui à un moment ou à un autre, se sont engagés pour la construction métropolitaine, et qui sont désireux de travailler ensemble sur les deux pôles de cette construction : l’attractivité et la solidarité. D’incarner ce processus, au-delà des alternances politiques et de travailler ensemble, de manière itérative, à forger l’identité de notre métropole-monde.

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:09

La pollution de l’air est l’un des principaux enjeux qui a conduit à construire la Métropole, ainsi cette problématique a toujours été présente dans les discussions sur le Grand Paris. Notamment, au moment de l’étude ZAPA menée conjointement par la ville de Paris et la communauté d’agglomération Plaine Commune en 2012-2013, plusieurs débats avaient s’étaient alors tenus dans le cadre de Paris Métropole.

Au final, la loi MAPTAM qui crée la Métropole du Grand Paris au 1er janvier 2016, prévoit bien que la Métropole ait la compétence pollution de l’air. Pour autant, le pouvoir de police de circulation étant une compétence des maires, la Métropole ne pourra pas mettre en place de mesures ambitieuses pour lutter contre la pollution de l’air sans la mobilisation des Maires. Mais il n’était pas possible d’attendre la création de la Métropole pour agir, et il fallait impulser le mouvement. Seule la Maire de Paris pouvait créer cet effet d’entrainement, et ce d’autant que les parisiens sont les premières victimes (les Parisiens représentent environ 65% de la population francilienne soumise à des dépassements potentiels des seuils réglementaires de la qualité de l’air).

Ainsi, depuis plusieurs mois, la Maire de Paris a mis ce sujet à l’agenda des débats métropolitains :

-          Le 19 novembre, la Maire remettait aux élus du bureau de Paris Métropole une note sur la pollution de l’air, ensuite envoyée par mail à l’ensemble des 211 collectivités de Paris Métropole. Elle y rappelait l’urgence sanitaire et la nécessité d’agir, et indiquait son intention de prendre des mesures pour améliorer la qualité de l’air à Paris. (A noter que cette initiative a conduit à la création d’une Groupe de travail transition énergétique/climat au sein de Paris Métropole).

-          Début décembre, la Maire envoyait à l’ensemble des Maires, Présidents d’agglomérations, de conseils généraux et du conseil régional de Paris Métropole un courrier les invitant à participer à une conférence Métropolitaine contre la pollution de l’air

-          Le 9 janvier dernier, cette conférence métropolitaine contre la pollution de l’air a réuni une centaine d’élus de la Métropole à l’HDV de Paris. Christophe Najdovski, l’adjoint à la Maire chargé du transport, y a notamment explicité les mesures envisagées par la Ville de Paris.

Pour prendre en compte les échanges de cette conférence, qui a montré la volonté partagée des élus du Grand Paris d’agir pour lutter la pollution de l’air et a conclu à la nécessité de mettre en place un cadre de travail commun pour partager les informations et essayer de définir des mesures collectives,  la Maire de Paris a décidé de :

-          repousser la mise en œuvre des mesures de lutte contre la pollution de l’air, afin de laisser le temps nécessaire à cette concertation avec les collectivités du Grand Paris. Ainsi, les mesures qui seront mise en place au 1er juillet 2015 ne concerneront que les poids lourds, les autobus et les autocars les plus polluants (de classes 1*) ; les mesures sur les véhicules particuliers, les 2 roues et les véhicules utilitaires de classe 1* étant repoussées d’un an, au 1er janvier 2016.

-          d’élargir l’aide financière à l’acquisition d’un véhicule électrique ou au gaz aux professionnels de petite couronne qui viennent travailler à Paris.  

-          De prendre l’initiative d’organiser le travail collectif avec les collectivités du Grand Paris. Ainsi, un comité d’animation avec quelques collectivités volontaires est en cours de constitution. Il doit permettre de réunir rapidement un groupe travail technique ouvert à toutes les collectivités du Grand Paris, et qui pourra traiter de différents sujets comme : la mise en œuvre de « zone à basse émission » prévue dans la Loi Transition Energétique (et telle que prévoit de le mettre en place Paris), les mesures d'accompagnement pour les professionnels et les particuliers du Grand Paris, ou encore le développement des nouvelles mobilités (extension du Vélib' , mise en place d’Autolib' pour les véhicules utilitaires...).

Repost 0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 11:46

Voici le texte de la communication sur la lutte contre la pollution atmospherique liée au trafic routier. Cette communication sera présentée au Conseil de Paris le 9 février .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lutte contre la pollution Com Ville VF 270115 (2)

Repost 0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 11:08

Central Parc
Central Parc
par Pierre MANSAT

Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 12:41

gp citoyen 

Anne Hidalgo, Maire de Paris, et les Maires d’arrondissement vous donnent les clés pour mieux comprendre la future Métropole du Grand Paris.

Au 1er janvier 2016, Paris et les communes des départements de Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne constitueront la Métropole du Grand Paris pour agir ensemble, plus équitablement et plus efficacement, en matière d’urbanisme, de logement, d’hébergement d’urgence, de lutte contre le changement climatique et de développement économique.

Venez vous informer, discuter, poser vos questions :

 


-              Mercredi 28 janvier 2015 à 19h : Mairie du 14ème (2 Place Ferdinand Brunot, 75014 Paris, )


-              Mercredi 4 février : Mairie du 10ème à 18h45 (72 Rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris)


-              Jeudi 5 février : Mairie du 4ème à 18h30 (2, place Baudoyer, 75004 Paris)


N’attendez pas pour vous inscrire :  inscriptions-evenements@paris.fr

Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 11:19












·       Jeudi 5 février à 18h30

Mairie du 4ème

le des Mariages de la Mairie
2, place Baudoyer, 75004 Paris

  1443461135

 

 

 

 

Présentation métropole réunions publiques vf3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 11:08

 

 

Paris Métropole, tout le monde atterrit

Métropole du Grand ParisFrançois Lucas, directeur de la mission de préfiguration du Grand Paris, avec les deux Présidents, Patrick Devedjian, président de Paris Métropole et Jean Daubigny, préfet d'Ile de France, ont présenté les dernières moutures de la Métropole du Grand Paris François Lucas, directeur de la mission de préfiguration du Grand Paris, avec les deux Présidents, Patrick Devedjian, président de Paris Métropole et Jean Daubigny, préfet d'Ile de France, ont présenté les dernières moutures de la Métropole du Grand Paris (Crédits : DR) Jean-Pierre Gonguet  |  26/01/2015, 17:45 Le principe de réalité est en train de gagner les élus : la Métropole du Grand Paris, même aseptisée, existera le 1er janvier 2016. Le Sénat l’a approuvée, l’Assemblée suivra. Reste à définir un projet métropolitain un peu ambitieux pour éviter que cette Métropole ne soit pas qu’une couche supplémentaire au millefeuille.

Patrick Devedjian veut atterrir. Anne Hidalgo aussi, et Manuel Valls encore plus. Tout le monde est d'humeur conciliante. Surtout, tout le monde est lassé des débats sans fin sur la fiscalité propre des établissements publics territoriaux ou sur les bienfaits comparés de l'intercommunalité en petite couronne : la Métropole du Grand Paris existera bien le 1er janvier 2016. Le Sénat a finalement voté l'amendement gouvernemental définissant la Métropole et l'Assemblée devrait suivre le mouvement d'ici deux mois.

Bien sûr, les sénateurs ont bouleversé et aseptisé le texte de Marylise Lebranchu qui l'avait déjà, elle-même, particulièrement adouci par rapport à la loi votée il y a un an et demi. Comme le glisse Alexis Bachelay, le député PS des Hauts-de-Seine qui avait produit le premier texte sur la Métropole, "on va reprendre tout cela en essayant de ne pas atterrir trop loin de ce qu'a voulu le Sénat".

 
 
 

Le principe de réalité prévaut désormais dans la classe politique parisienne. Patrick Devedjian, président de la mission de préfiguration de la métropole, a peut être un peu forcé sa nature, mais il a été très oecuménique ces derniers jours : il voulait un texte, même pas très bon, mais un texte. Même si pour l'instant l'échafaudage législatif est encore un peu brinquebalant.

La nouvelle pyramide publique

Mais on sait désormais qu'il devrait exister dès 2016 :

  • Une Métropole du Grand Paris qui aura essentiellement comme compétence le logement et l'urbanisme;
  • Des conseils départementaux (Hauts-de-Seine, Paris, Seine-St-Denis et Val-de-Marne) qui existeront au moins jusqu'en 2020 et éventuellement après si les élus considèrent qu'ils ont une utilité malgré l'existence de la Métropole;
  • Des Etablissements publics territoriaux à fiscalité propre. C'est une nouveauté juridique : de grosses intercommunalités qui ressemblent assez à des mini départements qui géreront entre les plans locaux d'urbanisme (PLU), les offices publics de l'habitat;
  • Des communes.

Si l'on ajoute à cette pyramide le conseil régional qui intervient sur le même territoire avec des compétences que lui envie déjà la future Métropole (les transports mais surtout le développement économique), on peut éventuellement penser que le gouvernement n'a en fait, en deux ans de va-et-vient législatif, que rajouter une couche au millefeuille : une Métropole encerclée par des collectivités dont aucune n'a voulu céder ses prérogatives essentielles et un Etat qui n'a, lui, rien voulu décentraliser.

C'est ce qu'Alexis Bachelay appelle, avec une grande confiance dans l'avenir, une « Métropole progressive » : les les fondations sont posées sur un sol pas très ferme, reste plus qu'à faire tenir la maison  debout d'ici 2020. Mais pour lui l'essentiel est acquis, le vote du Sénat renforce quand même l'idée d'une Métropole plus coopérative qu'avant et où la répartition financière sera plus forte.

Une fiscalité à géométrie variable

Il reste de multiples compétences dont l'attribution n'a pas été réglée mais la question de la fiscalité risque de prendre le pas sur les autres. Pour l'instant c'est une fiscalité à géométrie variable.

Dans un premier temps, de 2016 à 2020, la Métropole aura la CVAE, les EPT auront la CFE et les communes les taxes habitation et foncières. Parallèlement est mis en place un fonds de compensation pour les EPT et une organisation des transferts entre les différents niveaux. A partir de 2021, la CFE remontera directement à la Métropole, le reste ne bougeant pas.

En fait, tout va se faire en marchant entre 2016 et 2020. Le préfet François Lucas qui dirige la mission de préfiguration dit qu'en fait "tout va dépendre de la capacité des élus à mettre en place  le projet métropolitain". Chaque niveau de collectivité a réussi à préserver à peu près ses intérêts et la Métropole est finalement assez "light".

De plus, personne n'a vraiment bougé sur ses positions : il y a toujours ceux qui pensent que la Métropole est créée pour résorber les inégalités sur le territoire et ceux qui estiment qu'elle n'existe que pour permettre à Paris d'affronter la mondialisation et la concurrence des autres villes monde. Et entre eux, le gouvernement est assez silencieux.

Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 13:18

Metropole et banlieue, la conversation Eveno/Fourcaut

 

A FourcautÀ l’heure où la métropole du Grand Paris la remet en lumière, le CAUE92 invite l’écrivain et urbaniste Claude Eveno à organiser une réflexion sur la banlieue avec ceux qui la pensent.

 

La mobilisation autour du Grand Paris a permis de changer globalement de point de vue sur la périphérie parisienne et d’y trouver, plutôt qu’une série de problèmes à résoudre, un gisement de fragments à mobiliser pour aller vers une cité élargie, rassemblée vers un avenir commun. Mais cet objectif doit faire face à tout un héritage de conflits réels et de représentations fausses.
Cette série d’entretiens voudrait inviter à penser à rebours des clichés théoriques et des images toutes faites de la banlieue, à s’émanciper d’une pensée centripète avec Paris pour modèle ultime.
L’objectif est de croiser des points de vue issus de disciplines différentes. Les invités de Claude Eveno sont conviés à parler autrement de la banlieue — une invite au voyage, au souvenir et au rêve dans toute la diversité géographique et humaine qui entoure la capitale.


Conversation publique avec l’historienne Annie Fourcaut

 

Annie Fourcaut, est professeure d’histoire contemporaine, spécialiste de l’histoire urbaine et sociale, directrice du pôle urbain du Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne. Elle a d’abord travaillé sur la constitution de la banlieue parisienne puis sur le rôle des politiques publiques comme des acteurs privés et des habitants dans la fabrication des sociétés urbaines. Elle est membre du second collège de l’assemblée générale de l’Atelier international du Grand Paris.
Dernier ouvrage paru : Paris / Banlieues : Conflits et solidarités ; Historiographie, anthologie, chronologie, 1788-2006, direction avec Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau. Créaphis, 2007.
En ligne et en libre accès sur le site de l’Université ouverte des humanités, uoh.fr : Paris et les banlieues, naissance d’un espace urbain.
Pour lui donner la réplique, Claude Eveno est écrivain, cinéaste et urbaniste. Il a été professeur à l’École nationale supérieure de la Nature et du Paysage de Blois et conseiller de programme à France Culture. Il a publié des livres sur la ville, l’architecture, le paysage et la peinture.
Dernier ouvrage paru : Un monde avant. Voyages intérieurs dans la peinture. Bourgois, 2013.

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 17:07

 Pollution: Paris "espère" interdire dès 2015 la circulation de certains véhicules

 09/01/2015 19:48:58  AFP 

 

   PARIS, 9 jan 2015 (AFP) - La Ville de Paris "espère" interdire la circulation des "véhicules les plus polluants" sur le territoire de la capitale intra-muros dès 2015, selon un document présenté vendredi aux élus de la métropole, et dont l'AFP a obtenu copie.

 "La Ville de Paris propose de mettre en place, sans attendre la promulgation de la loi sur la transition énergétique et la croissance verte - qui ne permettrait pas de mise en oeuvre avant le 1er janvier 2017 sans doute-, une zone à circulation restreinte, en utilisant le Code général des collectivités territoriales", peut-on y lire.

 Il s'agirait plus précisément d'interdire "la circulation des véhicules les plus polluants dans Paris intra-muros, hors bois (de Boulogne et de Vincennes, ndlr) et hors boulevard périphérique dans un premier temps, ceux-ci ayant éventuellement vocation à être intégrés au dispositif dès l'outil +zone à circulation restreinte+ prévu par la loi de transition énergétique opérationnel", est-il précisé.

 L'interdiction "s'appuiera sur la classification des véhicules en fonction de leur niveau de pollution proposée par le ministère de l'Environnement", et se fera "de façon progressive". Cette classification, définie par un arrêté du 3 mai 2012, distingue cinq catégories, du groupe une étoile, le plus polluant, jusqu'au groupe cinq étoiles.

 Si "les modalités et le calendrier précis ne sont pas encore finalisés", "la Ville espère pouvoir mettre en place de premières mesures dès le courant de l'année 2015".

 Les "premiers véhicules touchés" seraient fort logiquement "les plus polluants". Ce pourrait être les camions et les autocars de tourisme, selon l'adjoint aux Transports Christophe Najdovski (EELV).

 La temporalité des interdictions variera en fonction des catégories de véhicules: les voitures particulières, les utilitaires légers et les deux-roues les plus polluants ne pourront pas circuler les jours ouvrés; les cars de tourisme, bus et poids lourds concernés par la restriction seront interdits 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

 "Il ne s'agit pas d'empêcher les personnes qui se servent très peu de leur vieux véhicule de l'utiliser. Notre cible, ce sont les déplacements au quotidien qui génèrent beaucoup de pollution", a expliqué M. Najdovski.

 La maire de Paris présentera son plan antipollution lors du prochain Conseil de Paris, les 9 et 10 février. Des "mesures d'accompagnement" visant à aider entreprises et particuliers à abandonner leur véhicules polluants seront soumises au vote des élus.

 Ainsi la Ville proposera-t-elle "à tous les jeunes qui auront réussi leur permis de conduire d'avoir un an d'abonnement Autolib gratuit", avait indiqué Anne Hidalgo mercredi. Les Parisiens qui abandonneront leur véhicule se verront offrir "un an de passe Navigo gratuit". Le stationnement rotatif et résidentiel sera gratuit pour les véhicules hybrides essence, comme pour les véhicules électriques.

 Une aide financière à destination des artisans et commerçants sera également proposée.

 Des dispositifs complémentaires sont également envisagés: "la mise en place de quelques voies à ultra basses émissions sur des axes particulièrement pollués", et la mise en place dans l'hypercentre de Paris d'une "zone à trafic limité" où seuls pourraient accéder les riverains, services d'urgence, livraisons, transports collectifs et taxis.

 

sl/sla/bw

 

Le document remis par Paris aux élus métropolitains est ici> Propositions de lutte contre la pollution de l'air

Repost 0