Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

> Tourisme et métropolisation: le cas de la seine Saint Denis sur Tourmagazine.fr

On pense rarement à la Seine Saint-Denis comme une destination touristique en France. Pourtant le département dispose de nombreux atouts pour attirer les vacanciers et propose des idées de séjours originales. Daniel Orantin, Directeur du Comité Départemental du Tourisme de la Seine Saint-Denis est l'invité, cette semaine, de notre rubrique Paroles d'Experts.



TourMagazine.fr - Comment se porte la fréquentation touristique de la Seine-Saint-Denis ?

Daniel Orantin : Si derrière ce terme, on pense à la fréquentation hôtelière, l’évolution est redevenue positive après la période difficile du début de la crise. C’est la tendance générale de la métropole parisienne dans laquelle s’inscrivent les établissements de Seine-Saint-Denis.

Il faut noter que les bons taux d’occupation ne sont pas affectés par l’augmentation régulière du nombre d’établissements et du nombre de chambres.

En ce qui concerne la fréquentation des plus grands lieux de tourisme d’agrément situés en Seine-Saint-Denis, elle est globalement stable.

Les Puces de Saint-Ouen, le Musée de l’air et de l’espace, la Basilique, le Stade de France et les équipements situés sur le Parc de la Villette à la charnière de Paris et de la Seine-Saint-Denis constituent un ensemble qui accueille chaque année plusieurs millions de visiteurs.

Enfin, les parcs d’exposition de Villepinte, du Bourget et nombre de lieux d’événements d’affaires génèrent la venue de millions de visiteurs faisant du département un territoire majeur du tourisme d’affaires à Paris.


TM.fr - Le département est très proche de Paris. Comment parvenez-vous à tirer votre épingle du jeu ?

D.O : Pour le tourisme, la Seine-Saint-Denis ne peut être comprise autrement que comme une composante de la première destination touristique mondiale qu’est Paris. Ce qui est vrai pour ce département l’est pour l’ensemble urbain du Grand Paris.

Le temps où le Paris des touristes était confiné aux limites administratives de la capitale est révolu, si jamais il l’a été un jour. L’offre hôtelière parisienne est aujourd’hui, pour une part très significative située dans les départements de la petite couronne, comme le sont des infrastructures parmi les plus importantes pour les événements d’affaires, les grandes rencontres sportives et les grands spectacles.

C’est un fait : le tourisme peut de moins en moins s’envisager à Paris sans la banlieue. L’augmentation prévisible des flux touristiques impose de penser le développement du tourisme à l’échelle du grand Paris et l’élargissement du réseau du métro que va constituer le Grand Paris express ouvre de grandes possibilités. C’est particulièrement vrai pour la majeure partie du territoire de la Seine-Saint-Denis.


TM.fr - L’image du département dans les médias est rarement liée au tourisme. Que faites-vous pour changer cette image ?

D.O : Que les médias n’associent pas Seine-Saint-Denis et tourisme, c’est le moins qu’on puisse dire.

Mais franchement, qu’est-ce que les médias évoquent quand ils parlent du tourisme à Paris ? La tour Eiffel, les Champs-Élysées, le Louvre, Montmartre… Les grands classiques en somme… Il n’y a là rien de surprenant et rares sont ceux qui associent le tourisme à l’image du 11ème, du 12ème ou du 19ème arrondissement.

Pourtant la Villette est devenue un des lieux majeurs de Paris pour les touristes, la Bastille, Oberkampf font partie des quartiers identifiés par les touristes. Cela dit, il est indéniable que l’image qu’on donne généralement de la Seine-Saint-Denis pose problème.

Les efforts pour le décollage économique de ce territoire, pour son aménagement sont sans aucun doute plus importants que le seul tourisme pour faire changer cette situation. Mais il est vrai que le tourisme peut donner à voir des réalités trop souvent occultées de ce territoire et de ceux qui y vivent.


Daniel Orantin, Directeur du CDT de la Seine Saint-Denis - DR
Daniel Orantin, Directeur du CDT de la Seine Saint-Denis - DR
TM.fr - Votre département est considéré comme une place forte du rap et du hip-hop en France. Est-ce un axe que vous développez ?

D.O : Rap et hip hop, bien sûr. Mais aussi tout ce qui touche à la création artistique constitue pour la Seine-Saint-Denis un marqueur sans égal de dynamisme et d’invention qui peut jouer un rôle dans tous les secteurs du tourisme, en affaires comme en agrément.

TM.fr - Quels sont les attraits touristiques du département ?

D.O : Outre les grands sites que j’ai déjà évoqués, les canaux et les voies d’eaux peuvent être les vecteurs de nouveaux développements du tourisme.

L’Eté du Canal qui se déroule chaque année sur le Canal de l’Ourcq rassemble plusieurs dizaines de milliers de personnes dont une part désormais non négligeable de touristes qui y découvrent un autre visage de Paris.

Plus largement, les traits spécifiques de ce territoire constituent des arguments pour le tourisme urbain. Ce n’est pas par hasard si les balades urbaines se développent fortement ici comme les visites d’entreprises.

Nous sommes, par exemple, en train d’y élargir le réseau des Greeters parisiens avec l’association "Parisiens d’un jour". On peut en dire autant des visites d’entreprises.


TM.fr - Pouvez-vous en dire plus sur le tourisme industriel ?

D.O : Nous avons développé ici une forme de visites d’entreprises qu’on ne trouve sans doute nulle part ailleurs.

Chaque année plus de quatre cents visites - plus d’une par jour en moyenne – permettent au grand public d’approcher de très près les multiples savoir-faire qui s’exercent sur un territoire qui s’est urbanisé autour de l’industrie.

Aujourd’hui, les usines ont souvent cédé la place aux bureaux et aux laboratoires, mais la diversité et la richesse des savoir-faire qu’on y trouve, suscite curiosité et intérêt.

Monter sur le toit du Stade de France, pénétrer au cœur des chaînes de montage de PSA, découvrir les entrailles du métro, les coulisses d’un théâtre ou pénétrer avec bottes et casque sur un grand chantier de construction reste un privilège rare auquel on peut accéder toute l’année ici.


TM.fr - Quels sont les prochains temps forts dans le département ?

D.O : L’Eté du canal dont nous avons déjà parlé va animer tout l’été le canal de l’Ourcq et ses berges.

Et les grandes manifestations vont continuer de s’enchaîner attirant de très larges publics d’affaires et de loisirs. Après le salon international de l’aéronautique au Bourget, ce sera le congrès mondial de la cardiologie à Villepinte, ce sera aussi Prince au Stade de France puis Excalibur à l’automne…

Si on regarde un peu plus loin, la perspective des championnats d’Europe de Football qui se dérouleront en France en 2016, et singulièrement au Stade de France, va sans aucun doute stimuler le développement des activités de tourisme sur le territoire.


TM.fr - Enfin, quelles sont les impressions des touristes qui viennent en Seine St Denis ?

D.O : Le plus souvent, ils considèrent qu’ils sont à Paris et c’est vrai en terme de destination. Mais il s’agit d’un Paris au visage plus contemporain, plus jeune, et très créatif. Un Paris très complémentaire du Paris éternel.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article