Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

> Grand Paris, quelques infos avant le débat au Sénat [6,7,8 avril]

> Le rapport de Jean Pierre Fourcade est en ligne ici

> AP

Le Grand Paris en examen au Sénat à partir de mardi

PARIS (AP) — Après les députés, les sénateurs s'apprêtent à examiner à partir de mardi le projet de loi sur le Grand Paris, voulu par Nicolas Sarkozy pour faire de la région capitale une "ville-monde", capable de concurrencer les grandes métropoles internationales.

Le texte, déjà adopté le 1er décembre par l'Assemblée nationale, fait l'objet de la procédure accélérée. Il devrait être voté par les sénateurs d'ici jeudi soir.

Principal axe du Grand Paris, la rénovation et le prolongement du réseau de transports en Ile-de-France. Au coeur de ce projet, la construction d'une nouvelle ligne de métro automatique de grande capacité, sur 130km, en rocade. Cette "grande boucle" qui reliera différents pôles extra-muros, pourra transporter 40.000 personnes en heure de pointe à une vitesse de 60 à 80km/h et fonctionnera 24 heures sur 24.

Porté par le secrétaire d'Etat au Développement de la région capitale, Christian Blanc, le projet de loi crée la structure qui sera en charge de piloter les travaux, la Société du Grand Paris (SGP).

L'ancien PDG de la RATP a précisé que l'Etat en financera la construction du nouveau métro via une dotation en capital de 4 milliards d'euros, qui permettra à la SGP de lever sur les marchés financiers une série d'emprunts, remboursables sur quarante ans environ, précise le rapport du sénateur UMP Jean-Pierre Fourcade.

Selon le secrétaire d'Etat, le coût pour l'Etat des infrastructures de transport prévues par le texte s'élèverait au total à 21,4 milliards d'euros, auxquels s'ajouteront les investissements de la région d'Ile-de-France.

La commission spéciale du Sénat qui s'est penchée sur le projet de loi a complété le texte en confiant à la SGP la compétence de "veiller au développement autour des futures gares du métro automatique, d'un réseau de transport de surface s'appuyant essentiellement sur les lignes de bus".

Elle a également fixé un "objectif de production annuelle en Ile-de-France de 70.000 logements".

Un autre amendement adopté en commission garantit la préservation des terres agricoles, en précisant que "la zone de protection devra comporter au moins 2.300 hectares de terres" consacrées à cette activité sur le plateau de Saclay, au sud-ouest de Paris.

Depuis la présentation du projet par Nicolas Sarkozy, le Parti socialiste le dénonce comme "technocratique et autoritaire". Le maire de Paris Bertrand Delanoë et le président de la région Jean-Paul Huchon regrettent notamment le manque de partenariat avec les collectivités locales. AP

 

> Le Parisien

 

SÉBASTIEN RAMNOUX | 01.04.2010, 07h00

Conférence de presse au  à 8 h 30 hier, contre-conférence de presse de Jean-Paul Huchon à la région dans la foulée : le décor est planté, la guerre du Grand  a commencé. Très en verve, requinqué par les 57 % de voix qui l’ont reconduit à la  de la région, Jean- Paul Huchon (PS) a décerné un « triple zéro » à la version sénatoriale du projet de loi du Grand Paris.

 

La colère de Huchon

Avant l’examen, mardi au Sénat, du projet de loi de Christian Blanc—qui prévoit de créer, d’ici à 2025, un super métro automatique de 130 km autour de la capitale reliant les pôles de développement économique—, le sénateur (UMP) Jean-Pierre Fourcade a présenté hier les travaux de la commission sénatoriale. Pour l’élu de Boulogne, ce projet est vital car la région « se fait distancer dans la compétition mondiale par Londres, les capitales asiatiques et bientôt Berlin». Il a ensuite détaillé les amendements apportés au texte, dont certains ont provoqué l’ire de Jean-Paul Huchon. « La perle de cette version, c’est l’abandon autoritaire du processus de concertation sur notre projet Arc Express ! » s’est emporté Jean-Paul Huchon. A la demande du sénateur (NC) de Paris Yves Pozzo di Borgo, le Sénat demande en effet l’arrêt de la concertation sur le projet de métro de la région autour de Paris, Arc Express, « puisqu’une grande partie de son tracé est commune à celui de Christian Blanc », histoire de faire des économies. 
« C’est faux et en plus nous sommes prêts, le débat sur Arc Express peut être lancé dès juin », explique Jean- Paul Huchon, brandissant le dossier de son métro, qu’il estime plus efficace et surtout moins cher que celui de Christian Blanc (10 à 12 milliards d’euros contre 21 milliards d’euros pour celui du gouvernement). Outre cette bataille des métros, les élus de la région dénoncent la création de trois nouvelles taxes et surtout le grand flou sur le financement des 21 milliards du super métro. « On nous dit que l’Etat va avancer 4 milliards d’euros pour amorcer ensuite des emprunts. Moi, je ne sais pas comment ils font 21 avec 4, il faudra qu’ils m’expliquent ! » ironise Jean-Paul Huchon. Les sénateurs sont restés évasifs hier matin sur le produit attendu de ces taxes, notamment celles sur la plus-value foncière issue de la valorisation des terrains qui seront aménagés autour des futures gares du super métro. Surtout, Jean-Pierre Fourcade n’a pas précisé comment sera financé le fonctionnement de ce super métro, évalué à plus de 40 milliards d’euros sur quinze ans. Hier, la gauche qui pilote la région a été claire, elle fera tout pour s’opposer au projet de loi Grand Paris

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article