Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 14:34

LE GRAND PARIS AU MILIEU DU GUE

Par Laurence Salmon | 15/02 | 01:00 

C'est un chantier ambitieux et complexe s'il en est. Le Grand Paris, initié par Nicolas Sarkozy en 2007, concerne l'avenir et le rayonnement de la région capitale. L'objectif est d'en faire une métropole attractive, multiple, solidaire et durable, sur fond de compétition économique internationale.

L'équation se résume assez simplement, de prime abord. Le projet du Grand Paris vise à redessiner les contours du territoire francilien, regroupant un peu plus du sixième de la population nationale (11,5 millions d'habitants), avec pour objectif, de booster l'économie de cette région qui contribue pour près de 30 % à la richesse du pays. « L'image de ce territoire est difficilement perceptible, sorte de marée urbaine où des pouvoirs politiques, techniques, économiques s'exercent à des échelles différentes, parfois complémentaires, parfois coïncidentes », souligne Jean-Pierre Courtiau, rédacteur en chef du nouveau magazine Objectif Grand Paris. Selon les porteurs du projet, il y a urgence à clarifier cette image au vu des dysfonctionnements de toutes sortes (saturation des transports en commun, pénurie de logements, inégalités territoriales et sociales...) qui entravent la qualité de vie de la région et son développement. La réussite du Grand Paris sous-tend la création d'une identité métropolitaine forte, qui passe par le rééquilibrage entre l'hyperattractivité de Paris, héritée de l'histoire du pays, et les banlieues, qui seraient à terme intégrées, comme jadis les faubourgs. En clair, il s'agit de sortir Paris du périphérique qui l'enserre, qui l'étouffe et qui génère de l'exclusion. Quel est le périmètre de ce Grand Paris ? Rien n'est pour l'instant encore tout à fait précisé. La Seine serait l'axe majeur autour duquel la métropole a vocation à s'ordonner. Mais là comme ailleurs, l'entrelacement des niveaux de réflexion et de décision complexifie le débat. Des réponses sont à trouver urgemment. On n'a guère le choix si la région capitale veut consolider sa place de pôle attractif, de première région économique d'Europe, dans un contexte de mondialisation marqué par la forte concurrence entre les villes-mondes, ces fameuses grandes métropoles à l'image de New York, Londres, Tokyo, Shanghai ou Hongkong. C'est à Nicolas Sarkozy que l'on doit ce plan stratégique pour l'aménagement de l'Île-de-France. En 2007, il déclarait vouloir faire du Grand Paris, « un laboratoire de la modernité humaine ». Pour ce faire, dix équipes internationales d'architectes et urbanistes furent mises à contribution pour enrichir la réflexion. Ce brainstorming fit l'objet d'une exposition à la Cité de l'architecture et du patrimoine en 2009. Avec rien que du beau monde : Richard Rogers, Jean Nouvel et Christian de Portzamparc, le jeune Djamel Klouche, Antoine Grumbach, Roland Castro... Impossible de tous les citer et de tout résumer. Mais tenter retrouver la mixité sociale perdue faisait en tout cas consensus. Une seconde consultation a été programmée en 2012, par l'Atelier international du Grand Paris. Cette structure, née en 2010, a pour mission de poursuivre cette production d'idées et de scénarios, et d'articuler de façon cohérente la constellation de projets de développement urbain, petits et grands, qui alimentent le chantier du Grand Paris. L'alternance politique à la tête du pays n'a pas remis pas en cause le Grand Paris. « Je prends un engagement, celui de créer les conditions nécessaires à l'émergence d'une métropole parisienne capable d'affronter, à l'échelle pertinente, tous les défis qui se présentent à elle », a rassuré François Hollande, quelques jours à peine après son élection à l'Elysée, en mai 2012. Toutefois, en décembre dernier, la remise à Cécile Duflot, ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, du rapport Auzannet concernant le financement et le phasage du Grand Paris Express a jeté un froid. En effet, la pierre angulaire du Grand Paris est ce projet de supermétro automatique souterrain en forme de double boucle dont le coût avait été estimé, sous l'ère Sarkozy, à plus de 30 milliards d'euros. À charge pour ce « grand huit » de façonner et d'oxygéner durablement cette ville de demain, qui compte aujourd'hui 41 millions de déplacements quotidiens. Or la réévaluation des coûts (plus 9 milliards d'euros) et l'allongement du calendrier (plus 5 ans) font craindre qu'il soit sacrifié sur l'autel de la crise. La ministre rendra son arbitrage en février. « Paradoxalement, l'impôt pour le Grand Paris, lui, est prélevé depuis des mois auprès des entreprises, alors que le projet n'est pas encore lancé », s'étonnait un chef d'entreprise dans les colonnes des Echos. L'inquiétude grandit. De la réalisation du Grand Paris Express dépendent notamment les projets de construction de logements, question effectivement cruciale qui vise à réduire les déséquilibres sociaux et territoriaux. À suivre, donc. ATELIER JEAN NOUVEL ; ATELIER CHRISTIAN DE PORTZAMPARC ; ARTEFACTORY.


LAURENCE SALMON


Partager cet article

Repost 0

commentaires