Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 21:58

Face au projet gouvernemental du Grand Paris, la gauche francilienne affiche son unité. En façade uniquement.

Mercredi 7 avril, plus de 200 élus de gauche se sont réunis au conseil régional d'Île-de-France pour dénoncer le projet du Grand Paris au moment même où le Sénat examinait ce dossier.

Selon la gauche francilienne, le projet constitue "un déni de démocratie" contre lequel le président de la région, Jean-Paul Huchon, a appelé ses troupes à se mobiliser. Malgré la victoire de la gauche le 21 mars, "le gouvernement a choisi de maintenir le projet de loi du Grand Paris dans une version aggravée", estime le président réélu.

Du rififi à gauche autour du Grand Paris

 

 

Le Grand Paris ne divise pas uniquement la droite et la gauche.

Officiellement, le Parti socialiste fait donc bloc face au projet du gouvernement dont le secrétaire d'Etat Christian Blanc est en charge. En réalité, la gauche n'est pas aussi unie qu'elle voudrait faire croire.

Certains élus de gauche seraient ainsi entrés en contact avec le secrétaire d'Etat pour élaborer ensemble des projets de transports. D'autres ne sont pas d'accord avec la croisade anti-Grand Paris de Jean-Paul Huchon.

"C'est bien, mais ça ne nous concerne pas"

Parmi les élus qui discutent avec Christian Blanc se trouve le député-maire de Sarcelles François Pupponi. Interrogé par LEXPRESS.fr, l'élu socialiste avoue comprendre l'attitude de Jean-Paul Huchon, ajoutant qu'"il aurait fallu une coordination des deux projets".

Cependant, ayant le souci des exigences de ses administrés, le maire de Sarcelles penche clairement vers le projet du Grand Huit ferroviaire de Christian Blanc. "Je suis pris entre les deux projets", admet-il. D'un côté, "nous contestons la manière dont s'est fait le projet du Grand Paris". De l'autre, l'Arc Express, le tracé défendu par Huchon, "ne concerne pas Sarcelles", alors que "c'est le cas du Grand Huit".

Mais, "il ne faut pas opposer les deux projets pour autant, a déclaré François Pupponi. Ce que nous demandons, c'est d'améliorer les transports pour nos habitants". Dans cette optique, la mairie de Sarcelles espère pouvoir bénéficier d'une gare dans le Grand Huit. "Nous avons déposé notre candidature et nous avons été pré-retenus". Une réponse viendra dans les mois qui suivent.

La démarche de François Pupponi ne convainc pas son collègue PS de Cachan (Val-de-Marne). "Si vous cherchez à ce que chaque ville soit concernée par un projet, vous ne faites plus rien", juge Jean-Yves Le Bouillonnec, qui se dit, lui aussi, attentif aux besoins de la population de sa ville. Or, le projet du gouvernement "se concentre sur la desserte de grands pôles économiques sans prendre en compte les besoins de la population. Le Grand Huit est incompatible avec nos exigences", regrett-t-il. Contrairement à ce projet, "l'Arc Express a l'ambition d'améliorer la vie quotidienne de la population".

On a tort d'opposer les deux projets

Le député de Seine-Saint-Denis et président de la communauté d'agglomération de Plaine-Commune, Patrick Braouezec, est, lui, sceptique aussi bien vis-à-vis du projet du gouvernement que de l'attitude de Jean-Paul Huchon. "Si le Grand Paris se résume au Grand Huit, le projet n'est pas du tout à la hauteur de ce que nous devons construire". Maisn selon lui, "on a tort d'opposer les deux projets. Il faut arrêter de le faire."

Patrick Braouezec reste, comme François Pupponi, convaincu de la compatibilité des deux projets: "Le Grand Huit peut servir à la réalisation de l'Arc Express."

Partager cet article

Repost 0

commentaires