Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

Pour la restitution de la clé de la ville à Laghouat [Algérie], anéantie par l'armée coloniale française en 1852

"Je m'engage au coté de mon ami Lazhari Labter pour que cette restitution intervienne avant le déplacement du président de la république en Algérie. Je m'adresse à E. Macron, aux ministres des Armées et de la Culture, à l'ambassadeur de France en Algérie" Pierre Mansat

LETTRE OUVERTE À M. EMMANUEL MACRON, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA RESTITUTION DE LA CLÉ ET DES ÉTENDARDS DE LA RÉSISTANCE DE LAGHOUAT

Monsieur le Président,

Le 4 décembre 2022, les habitants de Laghouat commémoreront le 170e anniversaire de la résistance contre la prise violente de leur ville, après un siège qui avait duré plusieurs semaines, une ville dévastée qu’Eugène Fromentin qualifie dans son ouvrage « Un été dans le Sahara » de « ville assassinée ».

Cette héroïque résistance de quelque 1000 hommes munis d’armes de fortune face à une armada de 6000 soldats de l’élite de l’armée française, aguerris et surarmés, conduits par les généraux Pélissier, Bouscaren et Yusuf de sinistre mémoire, coûta très cher aux valeureux Laghouatis : près de 3000 morts sur 4000 habitants selon les estimations d’acteurs directs.

Cette année funeste est restée gravée à ce jour dans les mémoires des habitants de la ville sous le nom de « Am el-Khalia », l’année de l’anéantissement.

Monsieur le Président,

Au nom des habitants de la ville de Laghouat, en particulier, et des Algériennes et Algériens, en général, jaloux de la préservation de leur patrimoine historique et engagés pour sa récupération, nous, personnalités et associations de la société civile signataires de cette lettre ouverte, vous demandons d’user de votre bon droit auprès des institutions et des autorités concernées pour leur demander, dans le cadre des accords, lois et conventions internationales, la restitution de la clé d’une des portes de Laghouat qui se trouve au Musée de l’Empéri à Salon-de-Provence, ainsi que les cinq étendards de la résistance qui se trouvent au musée des Invalides à Paris.

Cette clé avait été enlevée par un spahi sur la serrure de l’une des portes de la ville, qui l’a remise par la suite au général Pélissier après s’être aperçu qu’elle n’était pas en or comme il l’avait cru.

La place de ces « trophées » est au Musée de Laghouat.

Monsieur le président,

Les signataires de cette lettre ouverte ne manqueront pas d’apprécier à sa juste mesure l’effort que vous ferez, sur la lancée de ce que vous avez déjà entrepris dans le sens de la reconnaissance des crimes contre l'humanité commis par l'armée française de l'époque et de votre engagement à poursuivre cette démarche afin que soit révélée la vérité, restée trop longtemps occultée.

LES SIGNATAIRES

  1. Lazhari Labter, écrivain

  2. Mohamed Chettih, universitaire, écrivain

  3. Bachir Benchohra, chercheur en histoire

  4. Mohamed Bentireche, artiste photographe

  5. Bachir Bediar, universitaire, linguiste, écrivain

  6. Haroun El Kilani, artiste

  7. Tayeb El Aidi, artiste peintre

  8. Aissa Moulay, artiste

  9. Miloudi Taouti, poète, chanteur

  10. Bachir Bouzidi, pharmacien, ancien directeur de la santé

  11. Mohamed Slimani, notaire

  12. Mohamed Biter, professeur à l'université de Laghouat

  13. Kamal Benarfa, professeur à l'université de Laghouat

  14. Mebarek Benadjila, médecin gynécologue

  15. Sihem Ammari, juriste

  16. Abdelhamid Badis Bentireche, animateur culturel

  17. Omar Bouameur, artiste

  18. Aicha-Zohra Merad, médecin chirurgie infantile

  19. Safia Reche, artiste plasticienne

  20. Meriem Djeridane, architecte

  21. Abdelkader Hadj Aissa

  22. Bachir Blidi, commerçant

  23. Noureddine Khemili, président de l'association du 4 décembre 1852

  24. Madani Benadjila, ingénieur agronome, président de l’association du 1er novembre 54

  25. Fréha Mechattah, présidente du bureau de Laghouat de la Fondation pour la préservation de la mémoire

  26. Hadj Tayeb Hadj Aissa, cadre Sonatrach à la retraite, président de l'Association des retraités de Laghouat

  27. Djamel Abdennasser Lamri, président du groupe musical « Taslim »

  28. Habib Mahçar, artiste, commissaire du festival international du chant spirituel soufi

 

Pour la restitution de la clé de la ville à Laghouat [Algérie], anéantie par l'armée coloniale française en 1852
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article