Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

> Le Guen et le Grand Paris

Après avoir créé un club avec l'ancien ministre Karoutchi, le député socialiste fait des propositions sur la gouvernance de la métropole. Je dirai dans un prochain billet ce que j'en pense. Il à noter que JM Le Guen n'évoque même pas l'existence de Paris Métropole qui lundi rassemblera 170 collectivités de cette même métropole.

En attendant voici le texte de l'interview publié par Les Echos 

Pierre Mansat 

JEAN-MARIE LE GUEN ADJOINT AU MAIRE DE PARIS EN CHARGE DE LA SANTÉ

Jean-Marie Le Guen  : « L'administration parisienne doit être métropolisée »

Adjoint au maire de Paris mais critique à ses heures, le député socialiste estime que l'administration parisienne doit désormais évoluer et suggère de mutualiser ses compétences avec celles des villes alentours.

La réforme territoriale laisse de côté l'évolution institutionnelle de l'agglomération parisienne. Le regrettez-vous ?

Le chef de l'Etat, qui au départ avait affiché de grandes ambitions, ne les a pas concrétisées, exception faite de la société du Grand Paris qui traite uniquement des transports de façon très discutable. Il n'a ouvert aucune perspective sur la gouvernance. C'est pourtant une urgence nationale qui appelle une réponse volontariste. Cela suppose qu'on en débatte en 2012 et aux élections territoriales de 2014 pour que le projet soit abouti en 2020.

A quelle formule pensez-vous ?

Sur la question de la gouvernance, il serait bon d'agir en deux temps. Il faut d'abord se placer dans une perspective confédérale en constituant une sorte de Sénat des collectivités locales franciliennes qui permette d'incarner un début de légitimité métropolitaine. Celle-ci devra ensuite être affirmée par l'élection au suffrage universel des élus métropolitains à partir de 2020. La deuxième urgence, indissociable, concerne la péréquation financière car il faut aller vers une solidarité plus forte au niveau de l'agglomération parisienne. Nous ne pouvons pas continuer à rester indifférents à la situation des banlieues.

Quelles compétences pourraient être mutualisées  ?

D'abord le logement. Chacun sait que le morcellement administratif et politique actuel empêche de répondre à une crise du logement sans précédent, qui impacte toutes les autres facettes de la vie de notre métropole. Ensuite, il faut sans doute mutualiser davantage pour un dévelopement économique durable. Enfin, ce nouveau cadre pourrait nous permettre de développer une police métropolitaine. 

Quid des personnels dans ce nouveau partage des rôles?

L'administration parisienne doit être métropolisée. On pourrait créer des agences métropolitaines qui rassemblent des fonctionnaires de Paris et d'autres collectivités pour gérer ensemble des politiques publiques et mettre en commun des compétences. Dans un contexte de crise des finances publiques, Paris, comme d'autres collectivités, gagnerait beaucoup à cette mutualisation afin d'éviter des coûts excessifs. Le nombre de fonctionnaires n'est pas, en soi, l'indice d'une politique progressiste. Céder aux conservatismes risque d'amener des ajustements plus drastiques demain.

Le statut de l'administration parisienne est-il adapté à ces nouveaux enjeux ? 

L'administration parisienne vit sur un statut d'exception, c'est une quatrième fonction publique, avec ses corps, ses concours hérités d'une histoire préfectorale et chiraquienne. Un rapprochement avec la fonction publique territoriale est nécessaire. Ce statut doit permettre à l'administration de passer de l'édiction des normes à la fourniture de services au public et d'être plus à l'écoute des habitants et de leurs élus.

Propos recueillis par Laurence Albert et Joël Cossardeaux, Les Echos

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article