Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

> Le Grand Paris du paysage de Pierre Mansat

Cinquième et dernier invité de cette série sur le Grand Paris du paysage, le président de l’Atelier international du Grand Paris Pierre Mansat, récemment renouvelé dans ses fonctions, invite à gommer les frontières physiques et symboliques du périphérique. 

Qu’évoque pour vous la notion de paysage quand on parle de Paris ?

Pierre Mansat : Ce qui s’impose au regard au-delà de l’enfermement du périphérique, même s’il s’agit d’un enfermement symbolique, en réalité plus facile à franchir que la Seine.

 

Et dans Paris ?

PM : Les promenades, les avenues, les points de vue et les ouvertures vers la Métropole : la Seine sur le port d’Ivry, d’où l’on voit les tours de la porte d’Italie, les hauteurs, les forêts. Paris est un paysage très marqué, presque « violent », une très grande ville, où le bruit et la pollution atmosphérique, hélas s’imposent.

 

L’ouverture sur la Métropole représente quoi pour vous ?

PM : Un changement de paradigme. Regarder dans les deux sens. Sortir de la notion de Paris « intramuros » et du Paris « extramuros ». Redécouvrir le modèle parisien. Aller vers la fluidité. Révéler les atouts incontournables de la grande ville – je pense aux « 1000 lieux » de Jean Nouvel. C’est le travail que nous avons entamé en consultant les architectes et que nous comptons poursuivre en préalable à toute proposition.

 

Quelles sont les échéances pour l’Atelier international du Grand Paris ?

PM : Il faut aller vite. Il y a urgence car nous avons déjà perdu trop de temps. Il faut en premier lieu ne pas rater l’agenda politique. Il faut aller jusqu’au bout de la réforme en cours. Nous avons trop tardé. Si nous allons au blocage sur la gouvernance, ce sont 10 années de plus avant de pouvoir rouvrir la discussion. Ensuite il faut formuler un projet harmonieux, sans hiérarchiser arbitrairement. Ecrire un récit métropolitain qui fasse rêver. Revoir l’organisation du territoire pour mieux vivre ensemble. Retrouver la « chaîne » de la métropole. A l’heure actuelle il y a trop de stigmatisations. Pour le moment la première échéance c’est la conférence de Paris au mois de décembre 2015.

 

Que comptez-vous faire ?

PM : Nous sommes parfaitement conscients que ce sera très long, très lent et très compliqué.  Pour pouvoir dépasser l’enfermement actuel, il faut savoir agir avec modestie, oublier les égos, retrouver des références communes : rues de Paris dans les communes limitrophes, mobilier urbain, nouvelles gares, accentuer la fluidité, créer des lieux de service simples, efficaces, bref inventer une Métropole moderne sans rien renier, rien bafouer.

 

Ces visions paysagères du Grand Paris par cinq grandes signatures prolongent le dossier de 12 pages à paraître le 12 février dans Paysage Actualités sous le titre « Vers une métropole désirable »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article