Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

> Epad: Au coeur du débat, l'extension du plus grand quartier d'affaires européen dans Les Echos

 
               

Au coeur du débat, l'extension du plus grand quartier d'affaires européen

[ 23/10/09  ]

Derrière la candidature de Jean Sarkozy se profile une autre polémique, celle de l'extension de la Défense. Un projet de décret a mis le feu aux poudres, à droite comme à gauche. Il pourrait évoluer.

  « Le vrai sujet, ce n'est pas tant l'élection de Jean Sarkozy, c'est bien plutôt l'extension de la Défense, l'avenir de ce territoire dans la métropole, faut-il vraiment en faire un Manhattan français ? » , analysait hier Philippe Laurent, maire (DVD) de Sceaux et conseiller général des Hauts-de-Seine, avant de connaître le renoncement du jeune conseiller général. Il était en effet prévu que les élus du département soient appelés à donner leur avis sur les décrets de fusion de l'Epad avec l'Etablissement public d'aménagement Seine Arche (Epasa) sur le territoire voisin de Nanterre.

Transmis début août par le préfet du département aux collectivités concernées, ces décrets prévoient d'étendre le périmètre de l'opération d'intérêt national (OIN), notamment sur les communes de Nanterre et de La Garenne-Colombes. Ils ont déclenché l'ire du maire communiste de Nanterre, Patrick Jarry, qui perd ainsi la maîtrise de l'aménagement sur la moitié de son territoire.

Grogne tous azimuts

« Il est obligatoire que ces décrets évoluent. Il n'y aura pas de sortie de crise sans retirer ces textes et ajourner la candidature de Jean Sarkozy, demande Patrick Jarry. Tout est lié. Le président de la République nous impose tout cela parce qu'il n'a pas, à droite, de majorité sur son projet d'extension. »L'élu communiste dénonce un projet qui ferait la part belle aux mètres carrés de bureaux. Il ne vise, selon lui, qu'à réaliser plus de 1 million de ­mètres carrés de bureaux, soit les objectifs du rapport Lelarge sur l'attractivité de la Défense (été 2008). Celui-ci préconisait d'aller au-delà des 450.000 mètres carrés envisagés par le plan de renouveau de la Défense lancé en 2006 par Nicolas Sarkozy.

« Reprenons le dialogue, voyons ensemble quel projet urbain peut être conçu, pourquoi pas avec les architectes de la consultation sur le Grand Paris », propose Patrick Jarry, dont le conseil municipal a rejeté les décrets. Début octobre, le conseil régional d'Ile-de-France avait fait de même, dénonçant « l'absence de projet » et refusant que « le développement de l'offre de bureaux sur Nanterre n'ait pour objet que de sauver l'Epad de la banqueroute. »

La grogne est aussi venue de la Ville de Paris, évincée du conseil d'administration du futur Epadsa. A droite, Courbevoie a unanimement dénoncé l'opération. « Les collectivités n'ont jamais été consultées, assure le maire UMP Jacques Kossowski, et elles n'ont pas toutes la même représentation au futur conseil d'administration. »Le conseil municipal de Puteaux, emmené par l'UMP Joëlle Ceccaldi-Reynaud, est allé hier soir dans le même sens et critique aussi le périmètre.

Ces avis négatifs viendront nourrir la réflexion du Conseil d'Etat, qui devrait se prononcer après le 3 novembre. D'ici là, Jean Sarkozy pourrait montrer qu'il a entendu les reproches des élus.

« In fine, l'intention très nette est de déchirer le projet et d'en refaire un complet, avec une révision du conseil d'administration et peut-être même de la territorialité » , analyse un observateur privilégié du dossier.

Ceci constituerait indéniablement une marque d'apaisement. Qui ne fera cependant oublier à personne que l'objectif du président de la République reste de faire de cette zone, dans le cadre du Grand Paris, une City à la française.

Isabelle Ficek

Les Echos

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article