Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 09:24

 

Frédéric Gilli, économiste, chercheur à Sciences Po, directeur associé de l’agence Campana-Eleb-Sablic, commente la portée de l’accord. Et évoque ce qui manque pour faire naître un Grand Paris.

Peut-on parler d’un accord «historique» sur le Grand Paris, comme l’ont fait Maurice Leroy et Jean-Paul Huchon?

Cet accord ne sera historique que s’il fait date, s’il est suivi d’effets. On saura dans dix ans s’il y a lieu de le célébrer ou si cela aura été une énième péripétie parce qu’il n’y aura pas eu les mises en chantier, les financements, l’ensemble de l’aménagement urbain qui va autour. Depuis un mois, on accouche d’un long processus de dix ans de discussions et aujourd’hui, s’ouvre le temps des actes. Ce qu’on a là, c’est une première pierre pour construire la métropole de manière pratique.Mais il manque plein d’éléments, notamment sur la question du logement. On célèbre le fait qu’on va enfin faire les travaux qu’on aurait dû faire il y a trente ans.


Le Grand Paris a été réduit jusqu’à présent aux déplacements. Les politiques ont-ils oublié la métropole?

Jean-Paul Huchon se félicite des caractéristiques techniques des gares et des trains, il souligne l’amélioration des dessertes, mais il n’a pas un discours sur les habitants. Il n’a pas encore offert cette lecture globale des enjeux métropolitains rassemblant les habitants, les programmes ponctuels et les grands défis pour la région. Nous faisons beaucoup d’enquêtes avec les habitants et ce qui en ressort, c’est que les gens aiment la métropole dans laquelle ils vivent, voudraient pouvoir continuer à l’aimer, mais disent: c’est invivable. Le premier enjeu est là. Après, ça se décline dans les transports, dans le logement, dans l’accès à l’emploi, et pas seulement en termes de d’accès physique, de déplacements mais en comptant aussi avec toutes les barrières, les discriminations.
Jean-Paul Huchon s’est focalisé sur les transports, mais le gouvernement lui, est parti d’un impératif de développement économique, avec la création de «clusters» autour d’un supermétro…
Cette approche est trop réductrice: on réduit l’emploi au lieu de travail, à quelques secteurs d’activité et la problématique des transports à leur mise en relation. D’un point de vue économique, c’est absurde parce que les richesses sont partout dans cette région. Vouloir les concentrer dans quelques endroits, c’est un non sens économique mais aussi un non sens humain car il y a plein de créateurs d’entreprises, de salariés qui ont des idées partout. Marc Veron, le directeur général de la Société du Grand Paris, a d’ailleurs reconnu que les débats publics avaient fait prendre conscience du très grand nombre de projets partout dans la région.


L’Etat et les collectivités ont commencé à négocier des contrats de développement territorial prévus par la loi Grand Paris. Ils portent sur des ensembles de communes et sont fortement thématisés, d’un point de vue économique, surtout dans des territoires comme Roissy ou Saclay. Mais la Silicon Valley ne se créé pas tous les jours et on ne va pas en monter huit dans la région parisienne. Avoir intégré tardivement la complexité du tissu économique francilien pose indéniablement des problèmes: comment associer d’autres territoires partenaires dans un contrat négocié localement?

Ces négociations sur le Grand Paris ont-elles pris en compte l’évolution des modes de vie, les recompositions familiales, le vieillissement?

La loi Grand Paris ne met pas le logement au coeur de ses préoccupations. Résultat: les équipes d’architectes mandatées pour des études le sont sur des analyses et des problématiques économiques. Le décret d’application pourra corriger cela à la marge mais n’inversera pas la logique globale de l’approche. La métropole pour les gens n’est pas aujourd’hui au coeur des préoccupations.


Cet accord n’a rien changé dans la gouvernance inexistante de l’agglomération parisienne…


On vit quand même depuis plusieurs mois une légère accalmie dans les relations Etat région. Ce n’est pas le grand amour, et ça ne le sera pas: les relations entre l’Etat français et la région capitale ne seront jamais anodines. Mais on ne va pas se plaindre du fait que l’on arrive à avoir des réunions avec le préfet, la région, les présidents des conseils généraux sans que tout le monde se tape sur la figure. A partir de cette accalmie, comment aller de l’avant? Dans la logique pragmatique du Grand Paris, les contrats de développement territorial sont novateurs parce qu’ils vont forcer l’émergence de grosses intercommunalités. Ces contrats seront un instrument transitoire de gouvernance pour faciliter l’émergence de pôles. A la région, aussi, de prendre toute sa place dans les tours de tables locaux pour assurer que les projets et démarches engagés le soient dans l’intérêt général des territoires concernés et de leurs voisins mais aussi de l’ensemble de l’Ile-de-France.

 Même si les communes se regroupent, ne manquera-t-il pas une représentation démocratique?

Les contrats de développement territorial peuvent esquisser des pouvoirs inframétropolitains forts, sur des territoires suffisamment vastes pour que les élus puissent mener des opérations significatives et qu’ils soient politiquement crédibles. La taille de 300 à 400 000 habitants est une échelle qui fait sens. On est dans une perte démocratique en Ile-de-France parce que l’élu local, où qu’il soit, n’a aucun levier. Il va faire un gymnase ou une fontaine devant l’Hôtel de ville mais ne peut pas peser sur les dynamiques de peuplement franciliennes. Il n’a pas les marges de manoeuvre qui lui permettraient d’agir à la hauteur de ce que les citoyens attendraient normalement d’un élu local.


Comment corriger cette perte démocratique?

En région parisienne, l’application de la réforme des collectivités territoriales va être complètement déviée de son esprit provincial, qui consiste plutôt à rassembler tout le monde dans un même ensemble. Là, les communautés seront inframétropolitaines mais ce n’est pas gênant: on va se retrouver dans une situation où le droit commun de province va servir à autre chose.


Et que place-t-on à l’étage au-dessus?

ll faut absolument que Paris Métropole (regroupement de 185 collectivités d’Ile-de-France, ndlr) s’en mêle. Il faut un lieu dans lequel on puisse résoudre les oppositions entre les intérêts locaux et les intérêts régionaux, dans lequel les acteurs locaux puissent expliquer pour quoi ils ont besoin de la métropole pour leur développement. Pierre Mansat, l’adjoint de Bertrand Delanoë à Paris Métropole, a évoqué la création d’un fonds d’investissement. On tient là une bonne idée pour que Paris Métropole ne soit pas seulement une instance de discussion mais qu’elle soit aussi un peu opérationnelle.


On pourrait aussi créer une société publique locale. Sans donner un véritable pouvoir dans la loi à Paris Métropole, cela lui donnerait un vrai pouvoir qui est celui de l’argent. A partir du moment où il y a un bailleur de fonds important, on ne peut pas négliger son point de vue. C’est ce que les anglo-saxons appellent la «soft governance» mais ça marche quand même. C’est beaucoup plus efficace d’avoir une capacité de financement que d’être en codicille dans une loi qui dit qu’«il faudra prendre l’avis de Paris Métropole».

 
On est dans une région où les seuls systèmes de péréquation financière existants sont des systèmes de redistribution. C’est important mais on voit bien ce qui s’est passé en Lombardie ou en Belgique: à un moment, le principe de la péréquation par tuyaux qui fonctionne à sens unique et à plein tubes, finit par casser. Dans une dynamique métropolitaine assez ségrégative comme on la connaît aujourd’hui entre l’est et l’ouest de la région parisienne, les acteurs se disent: «Pourquoi est-ce qu’on mettrait plus au pot? Pourquoi est-ce qu’on ferait de la solidarité?» Il faut travailler cette solidarité d’une autre manière, en mutualisant les investissements.


Ce serait un inédit institutionnel?

Cela existe déjà dans des grandes zones de province comme Nantes-Saint Nazaire par exemple. Rien à l’échelle de la région parisienne. Bertrand Delanoë ne peut pas voter dans son budget 300 millions d’euros pour refaire la dalle d’Argenteuil. Mais via une subvention à Paris Métropole, Neuilly, Paris, etc. peuvent tout-à-fait se retrouver légitimes à investir dans ces endroits-là, y compris vis-àvis de leur électorat. Pourquoi? Parce que ce n’est pas en surinvestissant à Châtelet-Les Halles qu’on dégage des marges de manoeuvre en matière de développement urbain. Les marges de transformation de la métropole sont dans sa banlieue. Pour rattraper cette banlieue, il faut des investissements colossaux. Les collectivités locales concernées, aujourd’hui, sont incapables de lever cet argent. Alors que ces endroits ont un très fort potentiel urbain.


Le Grand Paris doit-il être une ville monde?

Paris est une ville monde parce qu’elle est cosmopolite. Mais c’est une ville cosmopolite qui se refuse d’admettre qu’elle l’est. La ville monde, elle est déjà là. On ne reconnaît pas aujourd’hui, dans la région parisienne, cette richesse-là. 32 milliards d’euros sur dix ans c’est bien. Mais ce n’est que 0,6% du PIB sur 10 ans. Le reste, ce n’est pas l’Etat et la région qui sont en train de les construire. Ce sont les gens.


Donc il manque quand même quelque chose dans ce Grand Paris?

Oui. Il manque le citoyen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris Métropole
commenter cet article

commentaires