Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 11:16

En Ile-de-France, vifs débats entre les villes riches et pauvres

Depuis vingt ans, le fonds régional francilien redistribue chaque année plus de 180 millions

des communes riches vers les pauvres. Sa réforme, envisagée, fait débat.

Mieux redistribuer les richesses, oui,mais comment? La question taraude

depuis plusieurs mois l'assemblée des maires franciliens de Paris Métropole

(192 communes). Le débat a pris ces jours-ci un tour brûlant. Paris

Métropole s'apprête en effet à remettre ses propositions de réforme

du fonds de solidarité francilien, le FSRlF. Un fonds vieux de vingt ans,

unique en son genre en France, qui en 20 II a redistribué 190 millions

d'euros des communes riches vers les pauvres dans une région marquée par

de forts déséquilibres. En 2011,77 collectivités abonderont le fonds et

145 autres en bénéficieront. Paris apportera 103 millions d'euros, suivie

de loin par Boulogne-Billancourt (7 millions) ou Neuilly (4 millions).

A l'inverse, Montreuil, Saint-Denis, Sarcelles ou Argenteuil bénéficieront

chacune d'environ 4 millions.

Ce délicat équilibre va toutefois être

bouleversé l'an prochain. Les

parlementaires ont en effet voté une

hausse du FSRIF, qui atteindra

270 millions en 2015. Une nouvelle

dépense en vue pour les villes - Paris

pourrait verser 150 millions, Neuilly

5 millions -, qui en agace certaines

dans le contexte de réduction des

dépenses de l'Etat. Mais le sujet qui

agite le plus Paris Métropolc, c'est la

réforme du mode de calcul du FSRIF

-jusqu'ici assis sur la taxe

professionnelle, la fiscalité et une

batterie d'indicateurs sociaux. Sur le

principe, tous les élus admettent que

le système, imparfait. nécessite des

corrections. Entre autres failles, il

permet à des communes dotées

d'habitants pauvres mais

financièrement à l'aise grâce à la

présence d'entreprises (Nanterre,

Saint-Denis) de toucher de l'argent.

A l'inverse, des villes très pauvres

(Sevran, Clichy ...) ne sont

qu'insuffisamment aidées. La

réforme imaginée par les instances de

Paris Métropole vise donc à corriger

le tir : elle double la dotation des plus

pauvres, exclut certaines communes

bénéficiaires et met à contribution

une vingtaine de nouvelles villes. Ce

qui ne fait évidemment pas que des

heureux parmi les élus.

Séance houleuse

((Tout le monde était d'accord sur les

orientations, mais ensuite chacun a

fait scs calculs et certains ont vu qu'il

fallait payer plus et c'est devenu plus

difficile. Il faut accepter que

certaines années ce soit bon pour soi

et d'autres un peu moins », affirme

Jean-Christophe Fromantin, le maire

(DVD) de Neuilly. S'y greffent aussi

des considérations politiques,

certains élus redoutant que Paris -qui

aimerait affecter une partie du fonds

aux investissements -n'en profite

pour donner plus de pouvoir à Paris

Métropole, qui n'est encore qu'une

instance consultative. Vendredi

dernier, la séance consacrée à la

réforme du fonds a donc été houleuse

et le texte n'a pas été voté. Confiant,

l'adjoint au maire de Paris chargé du

dossier, Pierre Mansat, (( espère

malgré tout obtenir l'accord des

élus» lors d'une nouvelle réunion qui

devrait se tenir d'ici peu.

FSRIF, mode d'emploi

Contributeurs. La liste est calculée

jusqu'en 2011 sur les bases de la taxe

professionnelle et sur le potentiel

financier. Ce dernier était en

moyenne de 1.300 euros par an et par

habitant, avec aux deux extrêmes

Rungis (6.400 euros) et Clichy-sous-

Bois (630 euros) .. Bénéficiaires. Le

calcul des bénéficiaires prend en

compte Ic potentiel financier, le

nombre de logements sociaux et le

revenu moyen par habitant.

LAURENCE ALBERT

Partager cet article

Repost 0

commentaires