Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

> Dans Le Monde Ch.Garin évoque la dernière livraison de Futuribles

Kiosque
Le Grand Paris dans l'ombre d'Haussmann
LE MONDE | 07.11.09 | 14h49  •  Mis à jour le 07.11.09 | 14h52

ans nul doute, le grand débat de l'automne à l'Assemblée nationalesera le projet de loi du Grand Paris, examiné en première lecture les 24 et 26 novembre. Né dans la douleur sur fond de bagarres au sommet entre le premier ministre, François Fillon, et le secrétaire d'Etat à la région capitale, Christian Blanc, ce projet est censé doubler, en quinze ans, la croissance de la région Ile-de-France et susciter la création de 800 000 à 1 million d'emplois. Ce miracle serait rendu possible par un investissement de 35 milliards d'euros dans les transports, quasi entièrement dédié à une "double boucle" de métro automatique en première couronne, chargée de relier entre eux sept "pôles urbains" identifiés comme les pôles d'avenir du développement économique francilien.

Dix équipes d'urbanistes et d'architectes ont par ailleurs été invitées à "rêver la métropole de l'après-Kyoto". Leurs propositions sont exposées jusqu'au 22novembre à la Cité de l'architecture. Celle de l'architecte Antoine Grumbach semble avoir éclipsé les autres: développer une "ville nature" depuis Paris jusqu'au Havre.

La revue Futuribles consacre le "Forum" de son numéro de novembre à ce dossier très conflictuel. A travers les contributions de Jean- Paul Lacaze, haut fonctionnaire spécialiste des questions d'urbanisme, et de Jean Haëntjens, directeur de l'Agence pour le développement durable de la région de Saint-Nazaire. Le premier, très critique à l'égard du projet gouvernemental, juge l'idée d'un "Paris port de mer" "totalement irréaliste". L'enjeu principal, selon lui, reste le déséquilibre régional, maintes fois commenté, "entre l'Est populaire et l'Ouest qui détient les deux tiers des emplois". Il rappelle que les vagues successives de désindustrialisation et leurs 500 000 suppressions d'emplois d'ouvriers ont rendu caduc un réseau de transport conçu à un moment où l'on pouvait changer d'employeur pour réduire son trajet.

Répondre à la nouvelle demande de déplacements de banlieue à banlieue? C'est une nécessité. Mais est-on sûr que la nouvelle rocade de métro y répondra? Quid de la question du logement, "qui ne reçoit que la réponse rituelle et dogmatique de la densification, alors que cette dernière ne pourra jamais être portée au niveau nécessaire" ? Enfin, l'injonction "d'inventer la ville" lancée aux équipes sélectionnées est, pour Jean-Paul Lacaze, "une erreur totale", la ville ne résultant pas d'un processus d'invention, "sauf à vouloir renouveler la triste expérience des grands ensembles". La voie qu'il propose a l'avantage du pragmatisme: utiliser les 35milliards d'euros que l'Etat a l'ambition de mobiliser pour expérimenter en vraie grandeur une vingtaine d'éco-quartier – dont dix en province – et renforcer les axes de transport en commun saturés. Le tout en prenant soin de rechercher l'appui des collectivités locales.

Jean Haëntjens formule les choses autrement: "Comment oublier l'urbanisme d'Etat", "s'affranchir de l'ombre d'Haussmann" et "faire travailler ensemble un pouvoir politique ayant une vision, des techniciens compétents et une population démocratiquement représentée"? Cette méthode, expérimentée avec succès à Lyon, Barcelone, Copenhague ou Bilbao, peut-elle prendre à Paris? Jean Haëntjens en doute, constatant en Ile-de-France, en plus d'un handicap d'échelle, "un dramatique déficit de gouvernance politique" avec une constellation de baronnies locales éparpillées autour de la ville capitale. Au moins, note-t-il, "la consultation des architectes a eu le grand mérite d'ouvrir des horizons".


Christine Garin
Article paru dans l'édition du 08.11.09

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article