Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 15:27

Débat à gauche sur le Grand Paris Île-de-France .

Les élus de gauche de Paris et de la région ont exprimé leur avis à la Fête de l’Humanité. Une nouvelle institution est-elle nécessaire ? « Quelle démocratie, pour quel projet ? » : le débat sur l’avenir de l’Île-de-France a rebondi samedi après-midi à la Fête de l’Humanité. Les élus de gauche invités ont mis carrément sur la table les grandes questions que se posent les Franciliens sur leur vie quotidienne, sur les inégalités flagrantes qui déséquilibrent, jusque dans la capitale, l’une des régions les plus riches du monde. L’ingérence soudaine de Nicolas Sarkozy cet été, avant-hier encore lors de l’inauguration de la Cité de l’architecture, se disant prêt à accélérer un « nouveau projet d’aménagement global du Grand Paris », a attisé les braises d’un foyer qui n’a jamais cessé de brûler depuis l’éclatement du département de la Seine en 1964 et la création de la région. L’une des missions de la nouvelle municipalité de gauche élue en 2001 était de rétablir le dialogue de la capitale avec ce que Pierre Mansat, maire adjoint chargé des relations avec les collectivités locales, appelle « ses voisins de palier ». Il fallait « établir de nouveaux rapports, se parler, construire ensemble des projets. On a un destin commun et il faut affronter les enjeux à cette échelle », a-t-il souligné. C’est le sens de la conférence métropolitaine avec ses atouts, un dialogue rétabli, et des contrats copartagés (logement, parcs naturels, couverture du périphérique, etc.) et ses limites, le caractère informel de la conférence. Faut-il alors aller plus loin, créer une institution, « communauté urbaine » ou « Grand Paris » pour lequel la droite parisienne milite activement ? « La question n’est pas quelle institution, mais quelle politique. Il faut une réponse politique de gauche, démocratique et pour cons- truire un projet », précise Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë. « Il est impératif d’aller plus loin, pour un projet à gauche du Grand Paris », estime Jacqueline Rouillon, maire de Saint-Ouen, qui se félicite des projets communs mis en oeuvre avec la capitale dans sa commune. Une vision que ne partagent pas les élus du conseil régional. Mireille Ferri, vice-présidente chargée du schéma directeur régional, le SDRIF : « La région raisonne en grands bassins de vie et d’activité et non pas en couronne. Oui pour un coeur puissant et organisé, mais autour de polarités suffisamment dynamiques pour pouvoir dialoguer avec Paris et sa petite couronne. » Gabriel Massou, président du groupe communiste à la région, estime qu’il ne faut pas dissocier méthode et contenu, que le débat sur le Grand Paris est d’abord un débat politique gauche-droite : « On ne peut pas comparer Paris aux communautés urbaines de province. Il faut traiter la question au niveau régional. » La question de l’agglomération est un sujet politique majeur, dit Pierre Mansat pour qui « la région a une pertinence, mais elle n’a pas toutes les pertinences ». Francis Rol-Tanguy, ingénieur des ponts et chaussées, a soulevé le problème de la fiscalité qui actuellement, par la limitation de la taxe professionnelle et du poids de l’impôt sur les sociétés, entretient les inégalités. Francis Rol-Tanguy avance la proposition d’une taxe professionnelle unique qui augmenterait les capacités d’investissements pour les grands équipements. Jacques Moran

Partager cet article

Repost 0

commentaires