Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 23:12

Paris se laisse séduire par des milliers de Vélib'

publié dans Le Monde

Le roi de l'été 2007 à Paris, c'est incontestablement lui. Aisément repérable grâce à son petit phare blanc allumé même en plein jour, sa couleur grise et son panier à l'avant, le Vélib' fait un malheur dans les rues de la capitale depuis le lancement de l'opération, dimanche 15 juillet. Parisiens, banlieusards et, dans une moindre mesure touristes, tout le monde veut l'essayer. Les inévitables dysfonctionnements de départ (problèmes informatiques, bornes hors service...) n'ont pas découragé les utilisateurs potentiels. A la Mairie de Paris, on comptabilise chaque jour près de 2 500 demandes d'abonnements longue durée (un an). Et comme le dit Jean-Michel, cadre lyonnais de passage à Paris : "A Lyon, cela fait deux ans que l'opération Vélov a été lancée. Au début, il y a eu les mêmes problèmes qu'aujourd'hui à Paris. Il a fallu attendre quelques mois pour réguler le flux des vélos dans les stations. Maintenant, tout roule !" Le Parisien sera-t-il aussi patient ? Il semble en tout cas prêt à tenter l'aventure. "L'apparition soudaine et massive des Vélib' entraîne de nouveaux comportements, estime Albert Asséraf, directeur stratégie chez JC Decaux, l'entreprise qui a emporté le marché de l'installation et de la gestion du parc à vélos. Les automobilistes sont plus attentifs, les motos et scooters hésitent à emprunter les couloirs de bus car ils savent qu'ils risquent d'y croiser des vélos. En matière de cohabitation urbaine et routière, de nouvelles mentalités sont en train de naître..." Dans les premiers jours, une défaillance du système informatique a agacé quelques candidats à la location qui ont vu leur compte bancaire soudain débité de manière inconsidérée. Mais le problème majeur reste celui de la régulation : trop de vélos dans telle station, pas assez dans celle d'à côté. Le système évoluant en permanence (ouverture de nouvelles stations, installation de nouveaux vélos), les choses se mettent lentement en place, même si, dans certains secteurs résidentiels un peu excentrés comme le 15e arrondissement, il est à la fois difficile de trouver un vélo le matin et de le déposer le soir près de son domicile. Ce qui vaut pour l'Ouest parisien est également valable pour l'Est. Après avoir emprunté un Vélib' à la Bastille en fin de soirée, Claire a voulu le déposer à la station la plus proche de son domicile situé près de la porte de Vincennes. Arrivée à la petite station, aucune place de libre. Elle a dû tourner près d'une demi-heure et passer devant trois stations avant d'en trouver une. Ces désagréments n'empêchent pas ce système de location de vélos en libre-service d'être un succès. Vingt mille usagers ont choisi l'abonnement d'un an. Plus de vingt mille autres préfèrent les options de courte durée. Les premières études donnent une idée du profil de l'utilisateur ayant opté pour l'abonnement à l'année : masculin en majorité (2/3 d'hommes) et plutôt jeune (38,5 % de 26-35 ans). Mais les seniors ne sont pas insensibles au charme de cette petite reine de 22 kilos : 8,2 % des abonnés longue durée sont âgés de 56 à 75 ans. Et une petite trentaine de personnes âgées de plus de 75 ans se sont abonnées à l'année... Depuis le 15 juillet, on compte 45 000 déplacements quotidiens en moyenne. Les jours de pluie, la chute de fréquentation est importante (- 50 %), mais, lors d'un dimanche ensoleillé comme celui du 22 juillet, les records sont battus avec 62 000 déplacements enregistrés. La moyenne du temps de trajet pour un abonné à l'année est de 14 minutes. Celle d'un abonné à la semaine de 18 minutes et celle d'un abonné à la journée de 25 minutes. De 750 stations au début, Paris en comptera 1 451 à la fin de l'année, avec 20 600 Vélib' disponibles, contre un peu plus de 10 000 actuellement. "Le profil des utilisateurs est plus varié que prévu, note Matthieu Fierling, l'un des responsables du projet à la Mairie de Paris. Des gens de province ont pris un abonnement annuel. Pour les déplacements directs, de porte à porte, excepté le taxi, il n'y a pas mieux que le vélo !" Les premiers bilans font état d'un fort taux de satisfaction concernant la qualité et l'ergonomie du Vélib'. Pour l'instant, on ne note pas d'accidents graves en dépit du nombre élevé d'utilisateurs n'ayant pas une grande habitude de pédaler en milieu urbain. Quelques cas de dégradation (roues voilées, paniers abîmés, pneus crevés) ont été enregistrés. Une vingtaine de Vélib' ont été volés depuis le début de l'opération. Chaque jour, entre 5 heures du matin et 22 heures, une vingtaine de véhicules avec remorque sillonnent la capitale, soit pour mettre des vélos là où il en manque, soit pour emporter ceux qui ont besoin d'être réparés. Une dizaine d'ateliers ainsi qu'une péniche-atelier accueillent les Vélib' fatigués. Le succès quasi immédiat de l'opération dans Paris intéresse les communes limitrophes. "Beaucoup sont déjà demandeuses", a indiqué Denis Baupin, adjoint (Verts) chargé des transports à la Mairie de Paris. Bertrand Delanoë, maire (PS) de Paris, a chargé son adjoint Pierre Mansat (PCF) d'une mission de réflexion pour l'extension en banlieue du système Vélib'

Partager cet article

Repost 0

commentaires