Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 11:21
4 BT56 FRS 0219 190909-10h26IDF-Paris-gouvernement-collectivités,PREV Fillon reprend en main le dossier du Grand Paris vilipendé par l'opposition (PAPIER D'ANGLE) Par Eric BASSI et Benjamin SPORTOUCH PARIS, 19 sept 2009 (AFP) - François Fillon a repris les rênes du Grand Paris, projet mené jusque là par son secrétaire d'Etat Christian Blanc, en laissant ouverte la porte du dialogue, après les vives récriminations à gauche et parfois à droite, tant sur le fond que sur la méthode et le calendrier. La semaine dernière, le chef du gouvernement, dont le nom revient régulièrement comme candidat possible à la mairie de Paris en 2014, a accepté de revoir partiellement la copie pour calmer "l'inquiétude" des élus "toutes tendances confondues", au risque de désavouer son secrétaire d'Etat. L'ambition de l'Etat n'était pas de "reprendre la main" pour l'aménagement de l'Ile-de-France, a-t-il répondu aux accusations de recentralisation. Certes "le Grand Paris ne pourra se faire sans l'Etat", mais il "ne pourra pas non plus plus se construire sans l'adhésion des collectivités locales et des habitants de l'Ile-de-France", a-t-il souligné. "Le Premier ministre a clairement dit qu'on était dans la phase du débat", insiste-t-on à Matignon. François Fillon a demandé à Christian Blanc de lui faire "des propositions" notamment sur les projets territoriaux stratégiques - une des innovations phare censée contribuer à la création de 800.000 à 1 million d'emplois en quinze ans - pour associer davantage les communes. M. Blanc a indiqué vendredi devant le bureau du syndicat Paris Métropole qui l'a auditionné pendant deux heures et demie, qu'il apporterait des modifications mineures d'ici à la fin de la semaine prochaine. Autant d'éléments qui hypothèquent un passage du texte en conseil des ministres le 7 octobre, avant une transmission au Sénat avant la fin 2009, comme M. Blanc l'avait indiqué à l'AFP. "Il faut trouver un équilibre entre la vision étatiste que défend Christian Blanc, et la nécessité de ménager un espace de consultation pour les collectivités territoriales, dont l'empilement inouï empêche de prendre des décisions. Je fais confiance au Premier ministre pour y parvenir", commente une source gouvernementale. "Il y a clairement une reprise en main par François Fillon pour associer davantage les collectivités locales", ajoute une autre source de la majorité. En reprenant en main le dossier, le Premier ministre entend répondre aux vifs reproches adressés par des élus de gauche et de sa majorité sur le manque de dialogue de son ministre. Celui-ci s'est pourtant félicité d'"une très longue concertation", d'"une approche démultipliée". Le dialogue s'est "résumé à une série" d'entretiens d'"une heure trente", accusent les deux élus parisiens, Anne Hidalgo, première adjointe PS, et le communiste Pierre Mansat, chargé des relations avec l'IDF, auxquel le projet a été soumis début septembre. De concert avec le président du Conseil régional (PS) Jean-Paul Huchon et le maire de Paris Bertrand Delanoë, ils dénoncent un texte élaboré unilatéralement et qui exclut les élus locaux du processus décisionnel, notamment pour les secteurs clés du transport et de l'urbanisme. Devant le bureau de Paris métropole vendredi, M. Blanc a repoussé une suggestion de "codécision", selon un participant. "Non, car on ne sait jamais qui décide", a tranché le responsable. Même à droite, certaines voix s'inquiètent: Philippe Laurent, maire DVD de Sceaux, fustige un projet qui "fait fi des élus locaux". Laurent Lafon, maire NC de Vincennes, réclame une loi "acceptable pour les collectivités locales". ben-eb/cgd/bg AFP

Partager cet article

Repost 0

commentaires