Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 20:04
Transports du Grand Paris: 7 à 10 milliards à trouver pour la première phase (Carrez)
PARIS, 8 juil 2009 (AFP) - Le député UMP Gilles Carrez, chargé de trouver les financements
des transports du Grand Paris, a affirmé mercredi qu'il lui fallait encore trouver "7 à 10
milliards d'euros" pour financer une partie des 35 milliards d'investissements prévus, à
réaliser selon lui en deux phases.
Le rapporteur général du budget, qui venait de participer à une réunion du syndicat d'élus
Paris Métropole, entend s'appuyer sur le plan de mobilisation du président du conseil régional
d'Ile-de-France (PS) Jean-Paul Huchon, "un noyau dur de 18 à 19 milliards d'euros, qui fait
l'objet d'un accord unanime à l'horizon 2020".
Au delà, il y a selon lui dans le plan de mobilisation "de grandes convergences" avec le
projet de métro automatique du secrétaire d'Etat Christian Blanc, concernant notamment la ligne
14 de métro et le projet de rocade ferroviaire Arc Express.
"Il faut accélérer ces convergences en allant sur 2025 avec un axe Nord-Sud plus ambitieux,
allant du Bourget, voire Roissy, à Orly", a-t-il dit.
"Après, dans une deuxième phase, au delà de 2025, il y a des dessertes très importantes qui
sont l'avenir de l'Ile-de-France, comme le plateau de Saclay et les pôles de compétitivité et
là je suis complètement en accord avec le schéma de Christian Blanc", a ajouté le député.
"Notre devoir est d'abord d'aller au devant des urgences de ceux qui prennent les transports
en commun mais aussi de réfléchir dès maintenant à l'Ile de France de dans 20 ans", a-t-il
estimé.
Pour les besoins d'investissement de la première phase, M. Carrez a souligné qu'il y avait
eu déjà "un travail extrêmement approfondi depuis un an et demi entre les services de la région
et ceux de l'Etat".
Parmi les pistes de financement figurent le fonds d'aménagement de la région Ile-de-France
(FARIF), dont une partie revient aujourd'hui à l'Etat, des contributions foncières, comme celle
de l'EPAD à la Défense, qui bénéficierait du prolongement d'Eole (RER E), des taxes sur le
stationnement des véhicules et "peut-être" la taxe poids lourds votée dans le cadre de la loi
Grenelle.
Pour les nouvelles charges d'exploitation, chiffrées à 800 millions d'euros par an pour Arc
Express et le prolongement de la ligne 14, "entre la totalité du versement transport (versé par
les entreprises), amélioré, la recette tarifaire et les dotations publiques, on doit pouvoir
faire face aux besoins", a-t-il dit.
Selon lui, "l'exploitation doit être globale et gérée par une autorité unique, le STIF
(syndicat des transports d'Ile-de-France) de par la loi de 2004 (gouvernement Raffarin), qui
depuis a fait ses preuves".
M. Huchon, qui préside le STIF, a affirmé "adhérer entièrement à ce que dit Gilles
Carrez".
Il a souligné que s'il y a des améliorations de l'offre de transport, "il ne sera pas
anormal de demander une contribution égale aux entreprises, aux usagers et aux collectivités
publiques".
M. Huchon juge "raisonnable" de fixer les augmentations tarifaires "peut-être un point au
dessus de l'inflation".
président du syndicat Paris Métropole, Jean-Yves Le Bouillonnee, député-maire PS de Cachan,
a estimé que la future tarification ne devait pas être "un instrument simplement construit dans
la perspective des équilibres financiers".

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT
commenter cet article

commentaires