Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 18:31

 

 

Mercredi 10 juin 2009 N°482

Le Bouillonnec pour Paris Métropole

Le maire PS de Cachan (94) en deviendra le premier président ,
C’est à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, que doit être élu aujourd’hui le premier président de Paris Métropole. Le maire PS

de Cachan (94) part favori. Dans un an, un maire de droite lui succédera.

 

L

 

L

L

 

e lieu est symbolique.
C’est à Clichy-sous-
Bois (Seine-Saint-Denis), commune ghetto

oubliée par les pouvoirs publics pendant

des décennies, que doit se tenir, aujourd’hui,

la séance d’installation du syndicat mixte

ouvert Paris Métropole. Cette nouvelle entité a

pour vocation de permettre aux collectivités territoriales

de répondre ensemble

aux problématiques qui

rythment la vie des Franciliens:

urbanisme, déplacement,

environnement...

 

«Un

instrument adapté à la dimension

et à la nature de chaque

enjeu»

 

, précisait le maire de Paris, en mars, dans

une tribune publiée dans

 

 

Le Monde. Les représentants

des 93 collectivités de Paris Métropole vont

constituer leur bureau exécutif et élire leur premier

président. Jean-Yves Le Bouillonnec, député

et maire PS de Cachan (Val-de-Marne), devrait en

prendre la tête.

«Le président sera un homme qui va devoir mouiller

la chemise»

 

 

«Je suis un parlementaire soutier,

un maire, j’ai la réputation

d’être un gros travailleur et j’ai

démontré par le passé un talent

pour trouver des affinités parmi

ceux que tout semblait opposer»

 

 

«D’ici à 2010, nous devrons être en mesure de présenter

des idées fortes sur les déplacements, le logement,

la répartition des revenus»

 

 

«Nous devrons trouver des propositions en matière de

gouvernance, ou Nicolas Sarkozy sortira les siennes»

 

 

«En cas d’élection d’un élu

de gauche, le prochain sera de droite»

 

, souligne

Pierre Mansat.

Jean-Yves Le Bouillonnec souhaite, au terme de

son mandat,

 

 

«faire du syndicat un interlocuteur incontournable

des pouvoirs publics et de l’Etat»

 

, et «amener

le nombre d’adhérents autour de 130, en accueillant

notamment les élus des Hauts-de-Seine».

 

Ces derniers

ont implicitement reçu le feu vert du président

de la République, Nicolas Sarkozy, lors de son discours

du 29 avril sur le Grand Paris.

 

 

Eric Nunès

Compromis

 

Grand Paris. , communautés

de commune, départements,

région. L’Ile-de-France ne manque

pas d’entités chargées d’apporter

des réponses aux besoins

de la collectivité. Nicolas Sarkozy

a même créé une institution

supplémentaire : le secrétariat

d’Etat chargé du développement

de la Région Capitale. Paris

Métropole ne rentre pas en

concurrence avec les précédentes.

«Il s’agit d’un syndicat d’étude, un

lieu de débats et de réflexions»,

explique Patrick Braouezec (PC).

Des projets devront rapidement

émerger de Paris Métropole,

au-delà des clivages politiques.

«C’est un lieu de compromis,

avance Pierre Mansat (PC),

pas de consensus

,

prévient l’élu communiste.

Les statuts du syndicat mixte prévoient que le

futur président est élu pour un an et que son

mandant n’est pas renouvelable. Il présidera un

bureau de 29 membres. Un bureau exécutif sera

composé de Jean-Paul Huchon, Bertrand

Delanoë et Jean-Yves Le Bouillonnec (PS), Patrick

Braouezec (PC), Jacques J.P. Martin, maire de

Nogent-sur-Marne, et Philippe Laurent, maire

de Sceaux (divers droite).

 

, estime Patrick Braouezec,

président de la communauté d’agglomération

Plaine Commune (Seine-Saint-Denis).

,

énumère le maire de Cachan, lorsqu’on lui

demande pourquoi il tient fermement la corde

dans la course à la présidence de Paris Métropole.

Le syndicat mixte a un peu plus d’un an pour

faire la démonstration de sa force de proposition.

, estime Pierre Mansat, élu communiste

au Conseil de Paris et adjoint au maire de

la capitale chargé des relations avec les collectivités

territoriales d’Ile-de-France. Jean-Yves Le

Bouillonnec a connu, en 2006, l’attention des

médias lorsqu’il a accueilli, dans un gymnase

de sa ville, plusieurs centaines de sans-papiers,

dont des familles entières. Les occupants, sans

alternative, refusaient de quitter ce refuge. L’édile

a négocié de longues semaines afin de parvenir

à un compromis et à une évacuation sans violences.

Le ministère de l’Intérieur était alors tenu par

Nicolas Sarkozy.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris Métropole
commenter cet article

commentaires