Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 00:07




















Après le colloque organisé par la Cité Universitaire Internationale de Paris, voici le numéro de d'A avec un dossier "Penser Paris à travers le périphérique".

A partir du 17 décembre une exposition de présentation de l'étude d'insertion urbaine du périphérique à l'Arsenal.
Et sortie de "No Limit"  le bouquin de l'étude TVK, avec des contributions : Laurent Davezies, photos de François Lacour [ une de ses photos illustre le bas de page du blog]....
Je vois dans la multiplication des initiatives une réelle avancée. Pendant des années le périf a été considéré uniquement du point de vue de l'infrastructure , et de ses nuisances. Il a fallu beaucoup discuter en interne à la ville pour que les articles d'Extra Muros ( voir ci dessous) puissent sortir. Et l'étude elle - même est finie depuis la fin 2007.





Penser Paris a travers le périf, un dossier réalisé par Françoise Moiroux

> Une doctrine qui se cherche

> François Lacour l'impromptu du périf

> Nulle borne à l'ambition: l'étude TVK sur l'insertion urbaine du périf

> Une vision intégrée: entretien avec Jean Louis Cohen

> Débaptiser le périf, entretien avec Pierre Mansat

> Sous les pelouse, le périf, entretien avec georges Farhat

"C'est précisement parce que l'avenir du périphérique n'appartient pas seulement qu'a Paris, qu'il peut permettre de penser celui, metropolitain, de la capitale "



Le texte de mon entretien

1 Le périf doit faire face à un double calendrier, celui de l'urgence des nuisances à résorber, et celui du long terme, conditionné par l'évolution des mobilités franciliennes. Comment envisagez-vous l'avenir de cette infrastructure ?

L'étude réalisée par TVK, c'est la manifestation dans le champs de l'expertise et des connaissances d'une volonté politique, le périf étant au cœur de l'enjeu métropolitain. En 2001, il s'agissait de « casser le périf » comme symbole du rapport de Paris avec l'agglomération. Ensuite on a voulu sortir de la vulgate, considérant le périf uniquement comme une fracture. On a mis en évidence, que le sujet était plus complexe que cela. Du fait d' approches localistes ou uniquement environnementales il a fallu un long temps de discussion politique pour lancer l'étude d'insertion urbaine du périf. ... Au bout d'un moment avec Jean-Pierre Caffet ( l'adjoint à l'urbanisme), on a voulu avancer: mieux comprendre quel était son rôle dans l'organisation de la métropole et ce qui se passait dans la ville autour.

On avait besoin de changer d'échelle, de cesser de le considérer ponctuellement ou dans une perspective uniquement linéaire et de l'étudier en lien avec les grands projets urbains riverains. L'autre aspect déterminant consiste à affirmer que le périf n'est plus périphérique de rien du tout, il est au cœur.( d'ailleurs je suis pour le débaptiser); ce n'est pas une frontière, mais un lien entre les différentes parties de la métropole. C'est le sens de la politique urbaine de Paris animée par Anne Hidalgo.

Quant à son devenir, je n'établis pas de hiérarchie. Il importe de ne jamais perdre de vue que cet anneau est essentiel à l'activité francilienne, une pièce dans un système, ce qui oblige à trouver des solutions à cette échelle; c'est le cas de la création d'une file réservée aux taxis, aux transports collectifs, aux véhicules propres.... A plus long terme, il faut toutefois affirmer l'idée de reconquérir comme ce qui se fait dans de nombreuses métropole ( aux USA, en Allemagne,à Barcelone..), et de la reconvertir en boulevard urbain. Quand bien même il n'existe pas de solution miracle, on doit clairement afficher cette ambition . Mais toutes les interventions sont complexes, et impliquent d'investir de très fortes sommes, or à partir de 2007, l'Etat s'est désengagé et a décidé de ne plus mettre d'argent dans les projets de restructuration des infrastructures.

2 A la pollution sonore, s'ajoute la pollution atmosphérique. Où en sont les études traitant de cette question cruciale pour la santé publique ? Comment parer aux nuisances? Faut-il envisager la démolition des logements sociaux les plus exposés ?

Les résultats des études d'Airparif portant sur la totalité du périf ne sont pas connues. Certaines études ponctuelles sont toutefois très préoccupantes. Des dizaines de milliers de Parisiens sont soumis à la pollution et au bruit.. Rappelons néanmoins que le trafic du périf est en diminution constante depuis vingt ans. Il faut continuer à faire baisser la circulation, améliorer les réseaux de transports, réaliser métrophérique et supprimer les véhicules les plus polluants.10% des véhicules empruntant le périf sont des poids lourds! On touche moult questions: la place excessive du routier dans le transport de marchandises, la gratuité des autoroutes franciliennes . Personnellement je suis pour des dispositions ( financières) contraignant les transporteurs routiers a utiliser des itineraires qui ne traversent pas l'agglomération. ... La couverture à la Porte des Lilas a considérablement réduit le bruit pour les riverains et a fabriqué un nouveau quartier, totalement différent de ce qui existait; au lieu d'un échangeur, une place, un jardin, un cirque , une gare bus, un cinéma, une bibliothèque...Dans la situation de crise détruire des logements est peu envisageable mais pas interdite ( c'est le cas d'une tour dans le 17e à la Porte Pouchet), raison de plus pour pousser les autres solutions.

3 La plupart des accords bilatéraux conclu par la Ville de Paris avec les collectivités franciliennes l'ont été avec des communes riveraines du périf. Faut-il en déduire que la problématique de l'insertion urbaine de celui-ci a été le banc d'essai de la nouvelle diplomatie parisienne ?

L'insertion du périf a été le fer de lance de cette nouvelle politique de coopération, que ce soit d'ailleurs sur le plan symbolique ou pragmatique. C'est un territoire, où il se joue des choses essentielles au développement de l'agglomération, ces projets en cours ont une échelle et une portée, qui expriment un « Paris Métropole »: il suffit d'évoquer le Parc des expositions (cf le Triangle d'Herzog et de Meuron), la Cité internationale universitaire, Paris Nord-Est, les Porte de Montreuil et de Vincennes, Bercy-Charenton... Tous débordent par leur ampleur, leur fonctionnalité , et transgressent l'échelle parisienne comme le démontrent l'interpénétration entre Masséna et Ivry/Seine Amont ou La Gare des Mines dans le Nord-Est.

Le rapport des élus à l'infrastructure évolue au rythme où évolue le rapport à Paris. Du côté de la banlieue, on édifiait des murs de façades renforçant la frontière du périf. Il y une évolution très nette, dont le choix par Gentilly d'Henri Gaudin comme architecte du siège d'Ispos, en face du stade Charléty, a été un signe avant-coureur. Certes il y a pleins de coups partis, que l'on peut déplorer. Quoi qu'il en soit, la façon dont on conçoit les rapports avec les communes riveraines modifie en profondeur le rapport à l'infrastructure. Ainsi par exemple lors du concours portant sur le secteur Masséna, nous avons invité le maire d'Ivry-sur-Seine à siéger au jury. Tous les maires - ou presque-, repensent le rapport à Paris, jusqu'a Neuilly qui nous invite aux côtés de la Région et de l'EPAD à une réunion consacrée au projet Axe 13.

4 Les projets de couverture du périf ont été bouclés sur le plan technique avant que ne soient arrêtées les orientations urbaines et paysagères. Y a t-il une fatalité dans l'hégémonie des ingénieurs et le dictat de la voirie ? Le rétablissement de la continuité des sols urbains ne relève-t-il pas parfois d'une vision trop dogmatique ?

On était extrêmement contraint par le temps, puisque nous sommes arrivés en 2001, que les projets de couverture étaient inscrits au contrat de plan 2000-2006 et n'avaient fait l'objet d'aucune étude préalable. Et il faut préciser que les services techniques doivent intégrer tous les dispositifs de sécurité et composer avec les contraintes financières. Au départ l'idée était celle d'une couverture de la Porte des Lilas à la cité Fougères. Il a fallu en rabattre, d'où deux séquences de dalle distinctes .Il est vrai cependant que nous devons aller vers une vision plus ouverte, associant étroitement les paysagistes, les architectes, les urbanistes, et non uniquement dictée par les impératifs de voirie ... Anne Hidalgo avec la direction de l'urbanisme, l'équipe de l'APUR, Francis Rol Tanguy et Dominique Alba porte fortement ce point de vue.

En ce qui concerne la dimension paysagère, il y a sans doute une sous estimation de notre part. Ainsi les préconisations de TVK pour les sections en viaduc du périf ne rencontrent pas l'intérêt. On est pourtant l'un des rares pays, où le dessous des infrastructures n'est pas traité. Même des interventions légères, tels l'éclairage ou la peinture, seraient bienvenues pour modifier la perception par le piéton, d'autant qu'elles ne sont pas ruineuses.

Le budget de l'étude (remarquable) TVK bornait son ambition. J'aurai vu d'un très bon œil que soient impliqués des paysagistes, des sociologues, des artistes, des photographes tels François Lacour... Certaines analyses mériteraient d'être approfondies, qu'il s'agisse de la régulation de l'infrastructure, du rayonnement économique et de l'attractivité du périf. Même si le processus est long, la mandature de Bertrand Delanoë 2001-2008 a donné l'élan. Aujourd'hui, on passe à une action de partage ou de mise en cohérence des projets urbains et d'optimisation des complémentarités. C'est une fenêtre historique qui s'ouvre après une période de 20 à 30 ans, que l'on peut qualifier de très grand  « trou dans la pensée urbaine ». Ce sera le rôle du futur syndicat mixte d'etudes « Paris Métropole » qui prolongera la Conférence Métropolitaine.

5 Dans le débat sur le rapport Ville/Infrastructure les positions sont souvent clivées, comme l'ont démontré les réponses à la consultation portant sur le boulevard circulaire de la Défense. Ne peut-on pas y voir le signe d'une inculture du projet infrastructurel en France ?

En ce qui nous concerne, on a surtout dû lutter contre une profusion d'idées toutes faites. Par exemple, il est indéniable que l'on franchit très facilement le périf, notamment avec le métro qui fait sauter cette barrière, dont on peut s'abstraire massivement. Il nous a fallu âprement lutter contre les préjugés et les représentations dominantes, qui ne voyaient dans le périf qu'une fosse à recouvrir, alors même qu'il n'est en tranchée que sur le tiers de son parcours. En France l'intérêt porté à la conception d'immeubles ponts me paraît très faible. L'Apur a introduit des comparaisons internationales pour sensibiliser à la multiplicité des interventions possibles sur l'infrastructure. L'exposition de Bertrand Lemoine à l'Arsenal a contribué à une autre approche. Je crois necessaire une nouvelle édition de l'ouvrage de Jean louis Cohen et André Lortie. J'ai insisté pour que l'étude TVK soit publiée. Et l'Arsenal prépare une expo.

On ne peut pas occulter la brutalité de la rupture que constitue le périf, il s'agit en effet souvent de la rupture la plus brutale qu'il soit, véhiculant un incroyable mépris et une ignorance de la réalité à laquelle sont exposés les riverains. A certains endroits, la continuité urbaine s'impose donc. Les abords du périf ne sont pas que des lieux de franchissement, ils sont aussi des lieux de vie. On peut s'inspirer des Rondas de Barcelone, il y a plein de façons d'intervenir. Mais on ne peut faire fi des contraintes budgétaires et réglementaires et on ne peut intervenir partout. Il faut créer du foncier en implantant des activités adaptées pour dégager de la richesse.

Cpiverture Porte des Lilas ( 19e, 20e, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Bagnolet)

Voici ce que j'écrivais en 2006


Pierre Mansat

adjoint au Maire de Paris

chargé des relations avec les collectivités

territoriales d’Ile-de-France

La couronne de Paris, perçue pendant

longtemps comme un territoire " périphérique

", quelquefois dégradé, est

pourtant un des lieux où les opportunités de

développement du coeur de l'agglomération

sont les plus grandes pour les années à

venir. C'est pourquoi cette ville-là, qui était

une frontière entre deux univers (Paris et les

villes voisines) évolue progressivement vers

un territoire de projets, celui des " grands

boulevards du coeur de l'agglomération ".

Un processus de renouvellement urbain se

met aujourd'hui en place à Paris comme

en banlieue avec notamment plus de vingt

projets lancés par notre municipalité - Porte

Pouchet, Porte de Montreuil, Porte de

Vanves, Paris Nord-Est, tramway, couvertures

et études sur le boulevard périphérique...

A ce titre, la quinzaine de protocoles de coopération

que Paris aura élaboré d'ici

quelques mois avec des collectivités voisines

stimule l'échange permanent sur les

politiques publiques mises en oeuvre.

Inverser l'image de ces lieux d'exception

nécessite aujourd'hui de valoriser leur potentiel

et de domestiquer le périphérique,

faire reculer les nuisances (phoniques et

pollution atmosphérique), pour que cette

partie de la ville devienne attractive, ouverte

sur l'agglomération.

Quelques grandes orientations structurent le

travail de la municipalité parisienne. Elles

consistent tout d'abord à ouvrir et transformer

les quartiers de la couronne pour recomposer

la ville, à travailler sur le franchissement

du boulevard périphérique et

enfin à innover pour conforter l'identité et la

spécificité de ce territoire métropolitain.

Ces objectifs nécessitent aujourd'hui de repenser

le périphérique. Source de nuisance

et d'une pollution inacceptable, symbole de

la coupure entre Paris et ses voisins, ce territoire

est dans le même temps depuis ses

origines un champ d'innovation. C'est aussi

le lieu privilégié d'expression de l'architecture

contemporaine. Pour le développer harmonieusement,

des actions diverses doivent

être menées (restructuration d'échangeurs,

couvertures du périphérique, facilitation

des franchissements…). D'autres actions

plus légères, concernant en particulier

l'aménagement d'espaces publics de qualité,

sont mises en oeuvre.

Ces mesures doivent s'associer au travail

d'insertion urbaine du boulevard périphérique.

Afin d'engager une réflexion ambitieuse sur

ces différentes questions et notamment sur

celle de l'insertion urbaine du périphérique,

à proximité immédiate duquel vivent aujourd'hui

près de 800 000 personnes, la ville de

Paris, associée à la Région Ile-de-France, a

engagé une étude qui se déroulera sur près

d'une année, associant des acteurs très divers,

au premier rang desquels les élus des

collectivités voisines. Avec Jean-Pierre Caffet

et Denis Baupin, nous souhaitons que ce travail

soit un cadre partagé pour engager les

discussions futures sur cet ouvrage structurant

pour le développement du coeur de

l'agglomération.

Et pour moi, ce travail ne prend sens que

dans une politique offensive de réduction de

la pollution par le développement des

transports collectifs, le transfert du trafic

marchandise sur le rail et les voies d'eau…

Et je n'hésite pas à dire qu'à terme, le périphérique

devra évoluer pour passer du statut

d'autoroute urbaine

Rappel  deux numéros d'Extra Muros consacrés au Périf

Dossier La vie après le périf

Dossier L'insertion urbaine

 




Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT - dans Paris Métropole
commenter cet article

commentaires