Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 19:39
















Le débat se noue en Italie sur la detruction/reconstruction.

A l'invitation de l'ami Roberto Tricarico, assessore di Turino, j'ai eu le plaisir de participer à un débat à l'occasion de la publication de l'ouvrage "La città da rottamare dal dismesso al dismettibile nell'edilizia residenziale del dopoguerra", écrit par Marina Dragotto et Giusi India de l'association AUDIS



























Marina Dragotto, Giusi India, Giovanni Caudo

>
Un bref compte rendu est visible sur le site ACMOS

> la vidéo
archiworld.tv

> La traduction de la quatrième de couverture

Le phénomène de démission urbaine, initié depuis plusieurs décennies, continue à s'accroître, même si ses conséquences font aujourd'hui moins peur. L'expérience a montré que « les vides urbains », causés par l'abandon de quartiers entiers de la ville, sont sources non seulement de problèmes très complexes à résoudre, mais aussi d'occasions précieuses de rattrapage en matière de retards d'organisation du tissu urbain et de réponses aux exigences propres des nouvelles formes de vie économique et sociale de la ville.

 L'Audis (Associazione Aree Urbane Dismesse) met au centre de la discussion une question, qui n'est pas neuve, mais peu affrontée en Italie : celle du bilan des villes construites après-guerre, désormais au seuil de la crise technologique et privées des standards d'efficacité sociale, économique et environnementale des villes contemporaines.

 Après une présentation de Roberto D'Agostino, président d'Audis, et l'introduction des éditeurs, Federico Della Puppa affronte la question de la part du patrimoine résidentiel théoriquement inutilisable/à détruire (dismettibile/rottamabile) de l'habitat italien dans son ensemble et Enzo Nocifora explore les relations entre les transformations urbaines et les questions sociales soulevées, et/ou desquelles il est possible d'évoluer.

 Les réflexions provenant de ces contributions sont proposées à certains des protagonistes de la scène urbaine italienne à qui il a été demandé d'intervenir dans une table ronde : 2 administrateurs publics, un architecte, un urbaniste, un expert juridico-administratif, un expert en matière de planification économico-financière, un opérateur privé.

 Enfin, pour évaluer l'état de l'art en matière de requalification résidentielle en Italie, on a choisi 5 études de cas, très différentes entre les unes des autres, de par leur origine et les solutions mises en oeuvre : le quartier Giustiniano Imperatore à Rome, Pieve Emanuele, petite commune du sud de la province de Milan, via Anelli  à Padoue, le quartier de Via Artom à Turin et le Lido Adriano à Ravenne. 

 Le volume se conclut par une réflexion de Giorgio Scianca (Archiworld.tv) sur l'activité de documentation et les nouvelles formules de communication et d'approfondissement multimedia des thèmes traités par Audis (site www.audis.it).

>
  • itolo: La città da rottamare. Dal dismesso al dismettibile nella città del dopoguerra

  • Curatore: Dragotto M., India G.

  • Data di Pubblicazione: 2007

  • ISBN: 9788889632123

  • Dettagli: p. 96

Partager cet article

Repost 0

commentaires