Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 07:05

Je suis abonné à ce site qui a livré parmi les meilleurs articles sur ce sujet

 

http://www.mediapart.fr/journal/france/130508/christian-blanc-arpente-a-pas-prudents-le-grand-paris

 

"Christian Blanc, secrétaire d'Etat chargé du Développement de la région capitale, a donné une conférence de presse ce mardi au cours de laquelle il a évoqué les grandes lignes de la lettre de mission que le président de la République lui a adressée le 7 mai. L'ancien député des Yvelines a annoncé qu'il rendrait en fin d'année au gouvernement «une première esquisse pour la région capitale à un horizon de 30 ans».
«Redonner une vitalité économique forte», «tenir compte des populations qui habitent dans des zones en difficulté», tenir compte du contexte écologique, «dimensionner les infrastructures», organiser des plans d'architecture et d'urbanisme. Pour mettre en place ces cinq grands objectifs, Christian Blanc a nommé Pierre Veltz à la tête d'une équipe de 50 personnes. Ce dernier, plutôt classé à gauche, est un ancien directeur des Ponts et Chaussés débarqué en 2002 par le gouvernement Raffarin.
Cette « administration de mission » devrait, avant toute chose, consulter les élus. MAIS «Ce processus de concertation avec les élus existe déjà» remarque Pierre Mansat, chargé de « Paris Métropole » à la mairie de Paris. Christian Blanc est le bienvenu à la conférence métropolitaine, s'amuse l'élu communiste. Dans une République décentralisée, les collectivités locales assurent leur propre projet de développement et doivent garder les manettes même si cela se fait dans un souci de dialogue avec l'Etat. »
Par ailleurs, cet élu chargé des relations avec les collectivités territoriales, estime que le secrétaire d'Etat n'annonce pas de grande surprise. Malgré le discours de Nicolas Sarkozy en juin dernier à Roissy sur la réforme des institutions, malgré les propositions de Roger Karouchi qui dirige le groupe UMP au conseil régional ou le rapport de sénateur UMP Philippe Dallier, la redéfinition des pouvoirs de décisions au sein de ce territoire est pour le moment repoussé. « La raison l'a peut-être emporté, espère Pierre Mansat. Karoutchi a lui-même reconnu que nous avons avancé sur ce sujet depuis 2001. Mais par ailleurs, nous ne laisserons pas enterrer le dossier de la gouvernance même si nous pensons qu'elle ne passe pas par une réforme institutionnelle

Et les financements?

«Christian Blanc s'est montré très prudent sur les modes de partage institutionnel et la gouvernance de Paris,Il n'a pas évoqué l'idée d'une éventuelle intercommunalité. Le rapport du sénateur Dallier, qui envisage entre autres choses la fusion des départements de la première couronne d'Ile-de-France, est oublié pour le moment. Toute décision relative aux institutions est repoussée à 2009. Les deux projets qu'il a évoqués concrètement, le « Cluster » scientifique et technique du plateau de Saclay et l'aménagement de Plaine de France, sont déjà sur les rails.»
Si les grandes lignes du projet Grand Paris sont dessinées, les financements ne sont guère évoqués. Signe qu'à droite, rien n'est tranché et les avis sont partagés. Entre les élus de villes riches et les autres, les lignes ne sont pas celles du traditionnel clivage droite-gauche. «Les maires de droite me le disent, poursuit Pierre Mansat, ils ne comprennent plus les atermoiements» du gouvernement. Les divisions au sein de la droite sont également liées à la compétition qui risque d'être féroce entre les futurs prétendants au poste de candidat UMP pour la présidence de région. Karoutchi, mais aussi Valérie Pécresse, Yves Jégo... Le poste attise les convoitises. Idem à gauche, où l'actuel président de Région, Jean-Paul Huchon subit déjà la concurrence du président du groupe socialiste à la région Jean-Paul Planchou.
« Il a une vision plus ouverte que Jean-Paul Huchon qui lui adopte une position intenable du « tout va très bien », livre un élu socialiste d'Ile-de-France. Alors qu'en l'état, les choses ne fonctionnent pas. »
Mais à gauche, l'attitude du gouvernement pourrait conduire à nouveau à sceller l'unité des élus. Le schéma directeur d'Ile-de-France, sur lequel la région travaille, doit être approuvé par l'Etat. « Si Christian Blanc utilisait cette prérogative pour faire la guerre à la région, de nombreuses collectivités seraient alors contre lui, estime Pierre Mansat. Déclencher cette guerre déboucherait sur un statu quo. »
observe Xavier Desjardins, chercheur au Centre scientifique et technique du bâtiment, par ailleurs co-auteur d'une étude sur l'intercommunalité à l'échelle du grand Paris.
Il n'a pas évoqué l'idée d'une éventuelle intercommunalité. Le rapport du sénateur Dallier, qui envisage entre autres choses la fusion des départements de la première couronne d'Ile-de-France, est oublié pour le moment. Toute décision relative aux institutions est repoussée à 2009. Les deux projets qu'il a évoqués concrètement, le « Cluster » scientifique et technique du plateau de Saclay et l'aménagement de Plaine de France, sont déjà sur les rails.»

Si les grandes lignes du projet Grand Paris sont dessinées, les financements ne sont guère évoqués. Signe qu'à droite, rien n'est tranché et que les avis sont partagés. Entre les élus de villes riches et les autres, les lignes ne sont pas celles du traditionnel clivage droite-gauche.

«Les maires de droite me le disent, poursuit Pierre Mansat, ils ne comprennent plus les atermoiements» du gouvernement. Les divisions au sein de la droite sont également liées à la compétition qui risque d'être féroce entre les futurs prétendants au poste de candidat UMP pour la présidence de région. Karoutchi, mais aussi Valérie Pécresse, Yves Jégo... Le poste attise les convoitises. Idem à gauche, où l'actuel président de région, Jean-Paul Huchon ,subit déjà la concurrence du président du groupe socialiste à la région Jean-Paul Planchou.

« Il a une vision plus ouverte que Jean-Paul Huchon qui lui adopte une position intenable du « tout va très bien », livre un élu socialiste d'Ile-de-France. Alors qu'en l'état, les choses ne fonctionnent pas. »

Mais à gauche, l'attitude du gouvernement pourrait conduire à nouveau à sceller l'unité des élus. Le schéma directeur d'Ile-de-France, sur lequel la région travaille, doit être approuvé par l'Etat. « Si Christian Blanc utilisait cette prérogative pour faire la guerre à la région, de nombreuses collectivités seraient alors contre lui, estime Pierre Mansat. Déclencher cette guerre déboucherait sur un statu quo.

Partager cet article

Repost 0

commentaires