Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

Une tribune de Pierre Mansat dans l'Humanité "Métropolisation, Grand Paris: l'indispensable audace démocratique"

Une tribune de Pierre Mansat dans l'Humanité "Métropolisation, Grand Paris: l'indispensable audace démocratique"

Métropolisation, Grand Paris: l'indispensable audace démocratique

#Paris #GrandParis #grandparis #metropole #metropolisation #regionIDF #iledefrance #Mansat

Dans cette modeste tribune, je ne me risque pas à proposer d'éventuelles évolutions institutionnelles. Simplement je souhaite partager quelques analyses me conduisant à une très forte interpellation: la métropolisation appelle l'innovation démocratique. Vite...

Pour le travail, pour les activités sportives, pour les pratiques d'achat, de culture, pour les loisirs, pour les relations familiales et interpersonnelles la plupart des habitants du Grand Paris inscrivent leur vie bien au-delà des limites communales. 800 000 habitants de la proche banlieue, et de "grande couronne" viennent travailler tous les jours à Paris, et 340 000 Parisiens, quant à eux, travaillent en banlieue. La ville vécue ignore les frontières administratives figées.

"La métropole n’est pas un territoire. C’est un système multi-échelle de territoires, pris dans des réseaux qui les insèrent dans la mondialisation" [Martin Vanier].

Pour prendre sa pleine mesure et s'ouvrir sur le futur, ce territoire de vie doit faire exploser les cadres traditionnels de pensée, innover et répondre à plusieurs défis: le défi de l'adaptation au changement global (climat, biodiversité…), le défi de l'égalité, le défi démocratique.

S'adapter au changement global ne peut se faire dans les limites communales, même pas en les additionnant. Nous avons besoin de politiques publiques qui soient à la bonne échelle pas seulement en coordination mais en terme de définition, impulsion, mutualisation, organisation. Vrai pour la lutte contre la pollution, vrai pour la préservation de la nature, la végétalisation,la production nécessaire à l'alimentation de 12 millions d'habitants, la maîtrise du foncier pour stopper la spéculation, le rééquilibrage logement/travail etc...

Défi de l'égalité car dans cette métropole - l'une des plus riches et des plus productives du monde- les inégalités sociales et spatiales ne cessent de se creuser. La condition métropolitaine est dure: crise du logement, crise des transports, crise environnementale, embourgeoisement, touristification. Pour les classes populaires le Grand Paris est vécu comme une agression.

Étonnant, surprenant, incompréhensible que dans ces conditions, a l'exception de quelques références convenues la campagne des élections municipales se soit repliée sur le local, la commune, occultant la spécificité métropolitaine.

C'est le troisième défi qui n'a pas été relevé _ alors que le débat métropolitain a été mis à l'agenda par les initiatives de Paris en 2001.

Là est pourtant le front de l’émancipation sociale désormais: construire un contrat démocratique qui permet à chacun non pas de s’enfermer dans un territoire protecteur contre la mondialisation-métropolisation, mais d’accéder au contraire aux clés de ce monde multi-échelle. Ce n'est pas simple, ce n’est pas immédiatement à notre portée culturelle, pratique, politique. Réconcilier classes populaires et métropolisation c'est _ pour parler à l'ancienne_ une tâche centrale des progressistes dans le Grand Paris.

Ce qui appelle une tout autre acception de la citoyenneté que celle qui se réfère à "l’habitant", référence qui a conduit pour une large part la démocratie locale à fonctionner dans bien des situations en syndicat de copropriétaires.

La métropolisation appelle un nouvel âge démocratique

Comme toujours devant les innovations de rupture, le premier réflexe est de les juger trop complexes, risquées. On me dit "tu veux éloigner encore plus les lieux de pouvoirs des citoyens, tu veux une collectivité hors_sol"

Oui c'est une rupture mais le pire des réflexes est de s’accrocher au monde démocratique d’avant, dont les modalités ne sont plus le monde d'aujourd'hui

C’est à travers le saisissement novateur et audacieux d’un nouvel âge démocratique possible au sein des métropoles, que la gauche critique aurait joué réellement son rôle dans une perspective globale de dépassement du capitalisme urbain. Elle ne l'a pas saisit.

Mais il est encore temps, à condition de faire vite.

Pierre Mansat

Cette tribune a été écrite avant la crise sanitaire, dans la perspective du 1er tour des élections municipales

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article