Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

Gare du Nord : "Un projet dépassé avant même d’être construit" #garedunord

Gare du Nord : "Un projet dépassé avant même d’être construit"  #garedunord

Gare du Nord : « Un projet dépassé avant même d’être construit »

Tribune. L’information donnée le 6 juin par Les Echos de la signature prochaine, par le préfet de région, du permis de construire du projet déposé par Stationord pour la réalisation de son projet gare du Nord 2024 sonne comme l’annonce d’une erreur historique.

Ce projet, nous en dénoncions il y a quelques mois la démesure, l’impossible insertion dans le quartier, les incohérences internes – celles d’un projet qui, à très grand frais, massacre la halle historique, allonge les parcours des voyageurs grandes lignes, sans s’occuper de la grande masse des voyageurs, ceux de la gare souterraine, des métros et des RER !

Aucune réponse n’a été apportée aux arguments détaillés fournis sur ces points. Mais aujourd’hui, après les trois mois de crise sanitaire que nous venons de traverser, cette discussion technique est elle-même dépassée. Le projet apparaît comme complètement déphasé, en décalage total avec les nouvelles attentes qui s’expriment dans la société.

Hors d’échelle

Le temps est venu de l’abandonner et de rassembler tous les acteurs, la Ville de Paris, la SNCF, la région Ile-de-France, l’Etat, pour penser la gare du Nord et tout son quartier, jusqu’à la gare de l’Est, de manière radicalement différente : comme emblème et illustration des nouvelles manières de vivre auxquelles aspirent les citoyens.

« Le temps est venu de rassembler tous les acteurs pour penser la gare du Nord et tout son quartier de manière radicalement différente »

Est-il vraiment raisonnable de lancer aujourd’hui un projet fondé sur une augmentation de trafic de 80 % (croissance largement due au centre commercial lui-même !), alors que tout montre que le télétravail va augmenter et que les habitants ne voudront plus revenir à la fatalité des transports en commun bondés ?

Est-il responsable d’engager un projet concentrant tous les flux autour d’un énorme centre commercial, autiste, sur un modèle aéroportuaire, alors qu’il faudrait privilégier les commerces de proximité et l’ouverture de la gare sur la ville ? Est-il responsable de faire endosser à tout un quartier, à travers un projet hors d’échelle, le risque d’échec d’un modèle commercial obsolète ?

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La gare du Nord mérite le meilleur. Mais où est le meilleur ? »

Est-il convenable de lancer un nouveau programme de 60 000 mètres carrés de surfaces de boutiques, loisirs, restaurants, bureaux au cœur de Paris sans un seul logement, entre deux hôpitaux, alors qu’on manque de place pour loger celles et ceux qui nous soignent, ou qui assurent dans des conditions difficiles les services essentiels, soumis à des trajets éreintants ; sans parler des plus démunis, auxquels le projet ne fait aucune place ?

Est-il sensé de lancer aujourd’hui un projet qui pousse à l’extrême la densité, en concentrant les flux de voyageurs de la gare sur trois petites passerelles et des espaces étriqués coincés entre les boutiques, alors que nous savons désormais que nous devrons inventer des formes beaucoup plus résilientes des concentrations des flux et des personnes ?

Il est encore temps

Est-il concevable, enfin, de valider un projet qui ne traite les enjeux écologiques que par quelques symboles (un « parc » éclaté) perdus dans un énorme bloc de béton, alors que l’heure est venue de penser une ville radicalement économe en ressources ?

« Nous demandons aux candidats aux élections municipales à Paris de se prononcer clairement sur l’arrêt de ce projet »

Non, décidément, ce projet doit être arrêté. Il en est encore temps. Il doit être repensé à la lumière des enjeux urbains, sociétaux, environnementaux du futur. Et vite. Car la crise qui vient risque de toucher plus durement des habitants de la banlieue nord et il convient de faciliter les déplacements pour accéder au marché du travail et aux services concentrés à Paris et dans l’ouest parisien.

Ce sont ces investissements-là, oubliés par le projet Stationord, qu’il faudrait engager en priorité, dans le cadre d’une relance économique durable et solidaire. Nous demandons aux candidats aux élections municipales à Paris de se prononcer clairement sur l’arrêt de ce projet, pour lancer une démarche collective d’invention d’une gare du futur et pas d’un mastodonte du passé, dépassé avant même d’être construit. Il n’est pas trop tard pour arrêter l’erreur historique de Gare du Nord 2024 et imaginer la première gare du monde d’après.

Marc Barani, architecte, Grand Prix national de l’architecture 2013 ; Patrick Bouchain, architecte, Grand Prix de l’urbanisme 2019 ; Paul Chemetov, architecte, Grand Prix national de l’architecture 1980 ; Jean-Louis Cohen, historien de l’architecture et de l’urbanisme, professeur invité au Collège de France ; Anne Mie Depuydt, architecte, urbaniste ; Jean-Marie Duthilleul, architecte, ingénieur ; Bruno Fortier, architecte, urbaniste, Grand Prix de l’urbanisme 2002 ; François Loyer, historien de l’art et de l’architecture ; Jacques Lucan, architecte, historien, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ; Ariella Masboungi, architecte et urbaniste, Grand Prix de l’urbanisme 2016 ; Jean Nouvel, architecte, Prix Pritzker 2008 ; Gérard Penot, architecte, Grand Prix de l’urbanisme 2015 ; Antoine Picon, historien, architecte, professeur à l’université Harvard ; Virginie Picon-Lefebvre, architecte, urbaniste ; Dominique Perrault, architecte ; Christian de Portzamparc, architecte, Prix Pritzker 1994 ; Caroline Poulin, architecte ; Philippe Prost, architecte ; Nathan Starkman, ingénieur et urbaniste, Grand Prix de l’urbanisme 1999 ; Jean-Louis Subileau, urbaniste, Grand Prix de l’urbanisme 2001 ; Laurent Théry, économiste, urbaniste, Grand Prix de l’urbanisme 2010 ; Pierre Veltz, ingénieur, sociologue, Grand Prix de l’urbanisme 2017.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article