Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

Villani, Sophie de Ravinel et moi...

Chez Josette Audin le 13 septembre 2018 et à la Fête de l'Huma le 14 septembre 2018 Chez Josette Audin le 13 septembre 2018 et à la Fête de l'Huma le 14 septembre 2018

Chez Josette Audin le 13 septembre 2018 et à la Fête de l'Huma le 14 septembre 2018

Villani?
Sollicité par Sophie de Ravinel du Figaro a propos de Cédric Villani, j'ai dit tout le bien que je pensais de son action pour obtenir de Macron la reconnaissance de la responsabilité de la France dans l'assassinat de Maurice Audin et dans la généralisation du système de la torture pendant la guerre d'Algérie. Cédric Villani a été le président du jury du prix de mathématiques Maurice Audin, créé par l'association Maurice Audin.Et que j'avais été très impressionné par son intervention le lendemain de la rencontre de Macron avec Josette Audin, a la Fête de l'Humanité le 14 septembre 2018.
Par ailleurs j'ai ajouté que la proposition de Villani d'annexer les villes limitrophes de Paris n’était vraiment pas sérieuse ni adaptée aux enjeux métropolitains.

L'article publié dans Le Figaro
"Municipales à Paris: Cédric Villani à l’assaut de l’Hôtel de ville
Par Sophie de Ravinel
Publié le 03/09/2019
Cédric Villani n’a pas touché à sa formidable collection de broches araignées. Il y en a toujours une qui continue à se promener sur le revers d’une veste ou d’une écharpe. Elles sont pourtant plus discrètes, comme ses lavallières ou ses montres à gousset. Le mathématicien et député de l’Essonne, connu pour ses goûts vestimentaires peu communs, soigne désormais son allure pour ne pas compromettre son ambition de devenir maire de Paris.
il a pris sa décision après un échec à la primaire de LREM en juillet face à Benjamin Griveaux, suivi d’un été de consultations. Il assume la dissidence et devrait être candidat. L’annonce aura lieu mercredi soir à 19 heures dans le XIVe arrondissement de Paris, au Café Gaité, près de Montparnasse. De quoi compliquer la situation politique dans la capitale, chez les Marcheurs en premier lieu, à seulement six mois de l’échéance. L’affiche est encore loin d’y être claire alors que la droite se partage entre tentation de la macronie et soutien à Rachida Dati ou à Pierre-Yves Bournazel, qu’une majorité des écologistes, avec David Belliard, est tentée plus que jamais de prendre sa revanche sur le PS et que la maire de Paris Anne Hidalgo attend que la poussière retombe pour avancer ses pions et qu’un candidat trublion, Gaspard Gantzer, compte se faire entendre.Dépasser «les ambitions personnelles des uns ou des autres»
Mercredi soir, Villani ne parlera qu’une dizaine de minutes, entouré de militants avec qui, ensuite, il prendra un verre. Pas de conférence de presse. «Ce n’est pas le moment de montrer nos muscles. Chaque chose en son temps», résume son collaborateur Rayan Nezzar, jeune figure du début du quinquennat et professeur d’économie à Dauphine.
Le XIVe a du sens pour le futur candidat face à qui ses adversaires ne manqueront pas de souligner son engagement aux législatives dans l’Essonne. Nathalie Kosciusko-Morizet, alors candidate LR en 2014, est passée par là aux dernières municipales. C’est dans cet arrondissement que Villani, père de deux enfants, habite. C’est là aussi qu’il est arrivé à 17 ans, depuis Toulon, pour commencer ses études. C’est encore de là qu’il va reprendre de nouvelles opérations d’immersion de 24 heures dans la vie de Paris, marqueur de sa campagne à la primaire de LREM. Villani conserve son slogan, «Vivons Paris». Le lien avec son mouvement, en revanche, est plus compliqué.Le député est parvenu en ce début de semaine à échapper à une exclusion de son mouvement. Son adversaire interne, Benjamin Griveaux, a adressé lundi une lettre aux militants de la capitale, indiquant ne pas la souhaiter. «J’entends les demandes nombreuses d’exclusion. Ne cédons pas là où tant d’autres avant nous ont renoncé», a-t-il ainsi écrit, faisant appel à l’esprit d’Amiens 2016, celui du lancement d’En marche. Il s’agissait alors de dépasser «les ambitions personnelles des uns ou des autres».

De la droite progressiste à la gauche de la gauche«Si on veut penser au rassemblement, le meilleur moyen de le préparer n’est certainement pas de créer des clivages par des sanctions et des divisions», a indiqué pour sa part sur BFMTV le patron des députés LREM, Gilles Le Gendre. Des propos prudents alors que dans les comités locaux de LREM, les avis sont partagés et l’ambiance tendue. Y compris chez les cadres. De quoi laisser libre cours aux espérances de certains de voir débarquer l’actuel premier ministre et ancien maire LR du Havre, Édouard Philippe, pour écraser ce jeu de massacre qui profite à Anne Hidalgo. Le chef de l’État ne semble cependant pas décidé à le laisser filer.
De son côté, Cédric Villani a fait savoir qu’il avait contacté lundi Emmanuel Macron et Édouard Philippe. Sa candidature «alternative» à Paris «ne sera pas l’expression d’une défiance à leur égard». Même prévenance à l’égard du patron du mouvement, Stanislas Guerini, et de Benjamin Griveaux. Villani «ne s’exprimera pas contre La République en marche». Chez Griveaux (lire ci-dessous), on espère cependant que Villani décidera de lui-même de quitter LREM.
« Le microcosme parisien est excité par la candidature de Villani »
Jean-Louis Missika, adjoint d’Anne Hidalgo
Dans la capitale, le mathématicien qui veut rassembler au-delà de LREM bénéficie d’une certaine aura, allant de la droite progressiste… jusqu’à la gauche de la gauche. Pierre Mansat, ancien communiste et adjoint de Bertrand Delanoë comme d’Anne Hidalgo, aujourd’hui assez libre, a travaillé avec lui sur la reconnaissance de la culpabilité de l’État français dans la mort du mathématicien Maurice Audin, assassiné à Alger en juin 1957. «Il a été très apprécié, indique Mansat, et son discours à la Fête de l’Humanité en septembre dernier a été impeccable.» Reste que Mansat est «très sceptique» sur «la volonté de Villani d’absorber les communes limitrophes de Paris». Un sujet que Villani compte pourtant saisir. Adjoint d’Anne Hidalgo sur son aile droite et futur acteur de sa campagne, Jean-Louis Missika connaît beaucoup des soutiens déclarés au mathématicien. «Le microcosme parisien est excité par la candidature de Villani, observe-t-il. Mais cette excitation peut-elle s’étendre au macrocosme?» C’est pour lui «possible mais peu probable».
Dans Le Parisien, des intellectuels de la capitale se sont déclarés dimanche en faveur du candidat, de l’économiste Philippe Aghion à l’académicien Erik Orsenna en passant par l’écrivaine Fatou Diome ou l’entrepreneure Aude de Thuin… «Il y a une dimension narcissique dans cette candidature, celle de l’intelligentsia parisienne qui voudrait bien voir l’un des siens à la tête de Paris», ironise un observateur averti.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article