Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

Le système territorial français en question

Le système territorial français en question

Communiqué de presse

Alliances des territoires, vers quel aménagement solidaire ?

Mercredi 5 juin 2019 - 19 heures

Cycle de rencontres, conférences et débats initié par La Ville en Commun et coorganisé avec la Maison de l’architecture Ile-de-France et l’Ordre des architectes d’Ile-de-France.

Le cycle s’adresse aux étudiants, aux élus, aux médias, aux professionnels, aux chercheurs et aux citoyens. Il propose de :

• Centrer la discussion et les controverses sur les diverses approches directement liées à l’aménagement, à l’urbanisme, et à l’architecture.

• Cerner ce qui appelle une redéfinition des politiques d’aménagement au regard des enjeux liés à la crise climatique, à la transition énergétique, aux inégalités vis à vis de l’habitat à la lumière du mouvement des gilets jaunes.

• Rechercher collectivement les différents systèmes d’interprétation et d’action partagés par une communauté pluridisciplinaire préoccupée par l’aménagement et le développement dans l’esprit des diverses organisations professionnelles et des 73 propositions de l’Académie d’architecture.

Le cycle met en perspective la diversité des analyses exprimées depuis le début du mouvement social à propos de l’aménagement du territoire, et confirmer la place et le rôle essentiels des architectes dans ces débats.

La saga des gilets jaunes jusqu’ici « invisibles » a bénéficié d’une couverture médiatique exceptionnelle et déclenché une avalanche d’analyses et de propositions venues de tous les horizons. La bascule de la perception d’un mouvement de révolte fiscale vers une demande de dignité, de reconnaissance individuelle, et de revalorisation du travail, n’a pas effacé le thème emblématique de « la fracture territoriale » ni sa représentation dominante de l’opposition binaire « centre/périphérie » versus « métropoles riches/ruralité abandonnée ». Alors que ce mouvement social bouscule bien des discours liés aux territoires, il s’agit de croiser toutes les disciplines et registres spatiaux, sociaux, économiques, urbains et architecturaux etc…sans occulter la diversité des échelles et des territoires ni les partis pris des intervenants vis à vis de la notion si composite « d’aménagement du territoire ».

De nombreuses controverses ont mobilisé chercheurs de tous bords et notamment les architectes et les urbanistes confrontés aux contradictions du modèle de développement mis en oeuvre depuis les années 1980 et qui ont formulé un grand nombre de propositions dans le cadre du grand débat.

CONFÉRENCE #1

Mercredi 5 juin 2019 - 19 heures

Lieu : Maison de l’architecture Ile-de-France -148 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris

L’État et les territoires dans la mondialisation, comment fonctionne le modèle territorial français ? Faut-il le repenser aujourd’hui ?

Sera interrogé la pertinence actuelle du modèle classique de « l’aménagement du territoire » compris comme l’ensemble d’actions volontaires, prospectives, et concertées, menées par les acteurs publics et privés visant à disposer avec ordre et équité les habitants, les activités, les équipements, et les moyens de communication dans l’espace national.

Après le rappel des étapes successives de l’aménagement du territoire par Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) : la reconstruction volontariste, la décentralisation inaboutie sans réforme territoriale, l’adaptation difficile à la mondialisation, l’accentuation de la concurrence territoriale, la diminution des moyens financiers et réglementaires de l’État, les mutations technologiques et le développement des réseaux immatériels, sera questionné ce qui a marché, ce qui doit être corrigé, ce qui a été dit pendant le grand débat, ce qui se dessine…

Questions pour le débat : comment dépasser les catégories obsolètes de l’aménagement ?Comment réparer les fractures territoriales ?

• La diversité des situations, le basculement vers l’Ouest, le Sud, les Métropoles.

• Les notions de centre et périphérie, les découpages territoriaux doivent-ils être remis en cause ?

• Comment combiner simultanément plus de décentralisation, plus de différenciation et demande de plus d’État ?

• Comment aborder après 35 ans de décentralisation le trinôme : plus d’égalité, plus d’autonomie et plus de segmentation des territoires ?

• Comment envisager l’aménagement du territoire à l’heure de la mondialisation et de la perte d’autonomie fiscale et économique des États ?

• Comment analyser la prise en compte par l’État de l’urgence de réponse à la crise climatique et à la transition énergétique ?

• Comment répondre à la crise de gouvernance à toutes les échelles, en considérant le passage de la ville territoire à la ville réseau ?

• Qu’est-ce que les architectes préconisent sur toutes ces questions pour refonder une politique publique de l’habitat, pour freiner la consommation de foncier, pour privilégier la réhabilitation de l’existant, pour favoriser la solidarité entre les territoires ?

 

INTERVENANTS :

Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)

Frédéric Bonnet, architecte, urbaniste, co-fondateur de l’agence Obras, Grand prix de l’urbanisme, enseignant, auteur, membre titulaire de l’Académie d’architecture et administrateur de la Maison de l’architecture Ile-de-France

Béatrice Giblin, géographe, directrice d’Hérodote, revue de géographie et de géopolitique

Vincent Jarousseau, photographe reporter et documentariste

Brigitte Métra, architecte, conseillère de l’Ordre des architectes d’Ile-de-France, membre titulaire de l’Académie d’architecture

Modération : Cyrille Poy, président de LesCityZens, chargé de cours à l’Université du Havre

 

INSCRIPTIONS :

Evénement gratuit pour les étudiants et adhérents de la Maison de l’architecture Ile-de-France

Inscription et paiement en ligne sur le site sécurisé d’e-cotiz : www.e-cotiz.com/app/site/10262

Pour adhérer à la Maison de l’architecture Ile-de-France : www.maisonarchitecture-idf.org/adherer/

 

A propos de La Ville en commun

L’association « La Ville en commun » a été créée le 7 mai 2015. Elle réunit des professionnels, citoyens, élus, scientifiques, chercheurs, praticiens du territoire. Elle est un espace de partage et de réflexion sur les politiques publiques locales, un lieu de production d’idées, générateur d’expériences alternatives, solidaires ou citoyennes. La Ville en commun se place clairement dans le champ de la transformation sociale, et des alternatives politiques. Il s’agit de mener une réflexion renouvelée sur ce que l’on a pu appeler le « socialisme puis le communisme municipal » et le réinterroger face aux réalités et aux perspectives du XXIe siècle.

 

 

 

Alliances des territoires, vers quel aménagement solidaire ?

Mercredi 5 juin 2019 - 19 heures

Cycle de rencontres, conférences et débats initié par La Ville en Commun et coorganisé avec la Maison de l’architecture Ile-de-France et l’Ordre des architectes d’Ile-de-France.

 

Le cycle s’adresse aux étudiants, aux élus, aux médias, aux professionnels, aux chercheurs et aux citoyens. Il propose de :

• Centrer la discussion et les controverses sur les diverses approches directement liées à l’aménagement, à l’urbanisme, et à l’architecture.

• Cerner ce qui appelle une redéfinition des politiques d’aménagement au regard des enjeux liés à la crise climatique, à la transition énergétique, aux inégalités vis à vis de l’habitat à la lumière du mouvement des gilets jaunes.

• Rechercher collectivement les différents systèmes d’interprétation et d’action partagés par une communauté pluridisciplinaire préoccupée par l’aménagement et le développement dans l’esprit des diverses organisations professionnelles et des 73 propositions de l’Académie d’architecture.

 

Le cycle met en perspective la diversité des analyses exprimées depuis le début du mouvement social à propos de l’aménagement du territoire, et confirmer la place et le rôle essentiels des architectes dans ces débats.

 

La saga des gilets jaunes jusqu’ici « invisibles » a bénéficié d’une couverture médiatique exceptionnelle et déclenché une avalanche d’analyses et de propositions venues de tous les horizons. La bascule de la perception d’un mouvement de révolte fiscale vers une demande de dignité, de reconnaissance individuelle, et de revalorisation du travail, n’a pas effacé le thème emblématique de « la fracture territoriale » ni sa représentation dominante de l’opposition binaire « centre/périphérie » versus « métropoles riches/ruralité abandonnée ». Alors que ce mouvement social bouscule bien des discours liés aux territoires, il s’agit de croiser toutes les disciplines et registres spatiaux, sociaux, économiques, urbains et architecturaux etc…sans occulter la diversité des échelles et des territoires ni les partis pris des intervenants vis à vis de la notion si composite « d’aménagement du territoire ».

De nombreuses controverses ont mobilisé chercheurs de tous bords et notamment les architectes et les urbanistes confrontés aux contradictions du modèle de développement mis en oeuvre depuis les années 1980 et qui ont formulé un grand nombre de propositions dans le cadre du grand débat.

 

CONFÉRENCE #1

Mercredi 5 juin 2019 - 19 heures

Lieu : Maison de l’architecture Ile-de-France -148 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris

L’État et les territoires dans la mondialisation, comment fonctionne le modèle territorial français ? Faut-il le repenser aujourd’hui ?

 

Sera interrogé la pertinence actuelle du modèle classique de « l’aménagement du territoire » compris comme l’ensemble d’actions volontaires, prospectives, et concertées, menées par les acteurs publics et privés visant à disposer avec ordre et équité les habitants, les activités, les équipements, et les moyens de communication dans l’espace national.

Après le rappel des étapes successives de l’aménagement du territoire par Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) : la reconstruction volontariste, la décentralisation inaboutie sans réforme territoriale, l’adaptation difficile à la mondialisation, l’accentuation de la concurrence territoriale, la diminution des moyens financiers et réglementaires de l’État, les mutations technologiques et le développement des réseaux immatériels, sera questionné ce qui a marché, ce qui doit être corrigé, ce qui a été dit pendant le grand débat, ce qui se dessine…

 

Questions pour le débat : comment dépasser les catégories obsolètes de l’aménagement ?Comment réparer les fractures territoriales ?

• La diversité des situations, le basculement vers l’Ouest, le Sud, les Métropoles.

• Les notions de centre et périphérie, les découpages territoriaux doivent-ils être remis en cause ?

• Comment combiner simultanément plus de décentralisation, plus de différenciation et demande de plus d’État ?

• Comment aborder après 35 ans de décentralisation le trinôme : plus d’égalité, plus d’autonomie et plus de segmentation des territoires ?

• Comment envisager l’aménagement du territoire à l’heure de la mondialisation et de la perte d’autonomie fiscale et économique des États ?

• Comment analyser la prise en compte par l’État de l’urgence de réponse à la crise climatique et à la transition énergétique ?

• Comment répondre à la crise de gouvernance à toutes les échelles, en considérant le passage de la ville territoire à la ville réseau ?

• Qu’est-ce que les architectes préconisent sur toutes ces questions pour refonder une politique publique de l’habitat, pour freiner la consommation de foncier, pour privilégier la réhabilitation de l’existant, pour favoriser la solidarité entre les territoires ?

 

INTERVENANTS :

Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)

Frédéric Bonnet, architecte, urbaniste, co-fondateur de l’agence Obras, Grand prix de l’urbanisme, enseignant, auteur, membre titulaire de l’Académie d’architecture et administrateur de la Maison de l’architecture Ile-de-France

Béatrice Giblin, géographe, directrice d’Hérodote, revue de géographie et de géopolitique

Vincent Jarousseau, photographe reporter et documentariste

Brigitte Métra, architecte, conseillère de l’Ordre des architectes d’Ile-de-France, membre titulaire de l’Académie d’architecture

Modération : Cyrille Poy, président de LesCityZens, chargé de cours à l’Université du Havre

 

INSCRIPTIONS :

Evénement gratuit pour les étudiants et adhérents de la Maison de l’architecture Ile-de-France

Inscription et paiement en ligne sur le site sécurisé d’e-cotiz : www.e-cotiz.com/app/site/10262

Pour adhérer à la Maison de l’architecture Ile-de-France : www.maisonarchitecture-idf.org/adherer/

 

A propos de La Ville en commun

L’association « La Ville en commun » a été créée le 7 mai 2015. Elle réunit des professionnels, citoyens, élus, scientifiques, chercheurs, praticiens du territoire. Elle est un espace de partage et de réflexion sur les politiques publiques locales, un lieu de production d’idées, générateur d’expériences alternatives, solidaires ou citoyennes. La Ville en commun se place clairement dans le champ de la transformation sociale, et des alternatives politiques. Il s’agit de mener une réflexion renouvelée sur ce que l’on a pu appeler le « socialisme puis le communisme municipal » et le réinterroger face aux réalités et aux perspectives du XXIe siècle.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article