Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

La carte des gilets jaunes n'est pas celle que vous croyez, par Hervé LeBras sur NouvelObs.com

Le démographe Hervé Le Bras a dressé la carte de l'engagement dans les manifestations des "gilets jaunes". Apparaît une diagonale des départements ruraux, qui ne correspond ni à la France périurbaine, ni au vote frontiste.
Par Pascal Riché

Publié le 21 novembre 2018

Quels Français ont le plus participé, proportionnellement à la population de leur département, aux manifestations des "gilets jaunes", samedi ? Le démographe Hervé Le Bras, directeur d'études à l'EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales) s'est penché sur la question.

La carte de la France métropolitaine qui en ressort n'a rien à voir avec celle de l'électorat du FN (aujourd'hui RN) ou même celle de la France périurbaine : c'est celle des zones rurales les plus délaissées du pays, loin des villes, celle des habitants qui perdent leurs commerces, leurs maternités, leurs services publics... Et qui sont plus en demande d'Etat que de baisses d'impôts.

La carte des gilets jaunes

J'imagine que vous avez examiné la carte des barrages filtrants organisés samedi par les "gilets jaunes"...

Bien sûr, vous me connaissez ! J'ai fait un truc assez simple : j'ai pris les chiffres de participation donnés par les préfectures. J'ai pris le milieu de la fourchette qu'elles donnent et je l'ai rapporté à la population. Cela donne une idée du degré d'implication des habitants dans ce mouvement. Le tableau qui en ressort est intéressant, car très contrasté.

Qu'est-ce qui vous a frappé le plus ?

Ce qui saute au yeux, c'est la "diagonale du vide", qui va des Ardennes aux Pyrénées-Atlantiques : tous les départements en voie de dépeuplement, le rural profond. Là où les commerces et les services disparaissent. La Nièvre arrive en tête : plus de 6% des habitants ont participé à la journée du 17 novembre. En revanche, dans les départements ruraux qui vont mieux, la proportion de participants est souvent infime. Dans le Gers, en Vendée, en Mayenne, dans le Jura, par exemple, elle est infime, elle tourne autour de 3 pour mille.

Certes, les habitants des zones périurbaines étaient très visibles lors de ces manifestations, parce qu'ils sont nombreux. Mais en proportion, ils étaient bien moins mobilisés. D'où une difficulté à interpréter cette journée du 17 novembre. Il y avait d'un côté des gens en demande d'Etat, de services publics, de trains : ce sont les zones rurales de la diagonale dont je parlais. Et puis ces habitants des périphéries des villes, ceux qui font la navette pour aller travailler, qui insistaient sur la baisse des impôts et des taxes. Ces deux revendications, plus d'Etat et moins d'impôts, sont contradictoires.

On a pourtant dit que le Grand Ouest avait beaucoup participé...

Ce n'est pas si simple. Il y avait du monde dans le Grand Ouest car ce sont des départements plus peuplés. Mais si on regarde les proportions, la situation est contrastée. La participation n'est pas énorme dans le Finistère, l'Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, la Mayenne ou la Vendée. En revanche, elle est forte dans le Calvados, l'Eure, la Seine-Maritime, l'Oise, l'Essonne… Je n'ai pas encore d'explication. Peut-être que ces "gilets jaunes" s'inscrivent-ils dans une tradition des manifestations de paysans, qui n'hésitent pas à s'attaquer aux préfectures. Ce que, samedi, ils ont fait ici ou là, d'ailleurs.

Comment s'est comportée la zone où s'étaient concentrés les "bonnets rouges" en octobre 2013 ?

Il y a eu une participation importante dans une partie de cette zone, celle qui était autrefois communiste. Sur le département des Côtes d'Armor, par exemple. Mais elle s'arrête au pays Gallo et au Finistère.

La carte des "gilets jaunes" correspond-elle à celle de la pauvreté ?

Pas vraiment, non. La grande pauvreté, on la rencontre surtout dans certaines cités. Les "gilets jaunes", ce sont plutôt des gens qui craignent la pauvreté. Ils sont éloignés de tout ou ils sont dans des situations instables : ils dépendent de leur voiture, il ne faut pas que l'un des deux parents tombe malade, etc.

Et à vous écouter, la carte de l'engagement dans les mouvements des "gilets jaunes" est très différente de celle des électeurs du Front national (aujourd'hui Rassemblement national)...

Elle n'a aucun rapport. Le FN s'est implanté dans le Nord-Est, dans la vallée de la Garonne et sur le bord méditerranéen. La vallée de la Garonne, par exemple, ne s'est pas tellement mobilisée samedi.

Est-ce un mouvement très nouveau ?

Oui, comme l'était le poujadisme ou encore le mouvement Chasse Pêche, Nature et Tradition. La carte de l'électorat Macron était, elle, assez facile à décrypter en superposant le vote Bayrou et le vote Hollande de 2012. Celle des "gilets jaunes" ne correspond à aucun vote précédent. D'ailleurs, dans les interviews qu'ils donnaient, de très nombreux manifestants affirmaient qu'ils n'avaient jamais fait de politique... Il est possible que le mouvement se politise, car tous les partis sont à l'affût pour le récupérer. De même que le FN, au fil des ans, a récupéré d'anciens bastions communistes comme le sillon houiller. Mais cela prend du temps, des années.

Ne pensez-vous pas que cette récupération peut avoir lieu d'ici les européennes ?

Il peut y avoir un vote de protestation, mais je ne pense pas qu'une nouvelle carte politique émergera aussi rapidement. D'ailleurs, à la différence de Chasse Pêche, etc., les "gilets jaunes" n'avaient pas spécialement de slogans anti-européens. Ils s'en prenaient à Emmanuel Macron.

Propos recueillis par Pascal Riché, Journaliste

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article