Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Mansat et les Alternatives

Pierre Mansat et les Alternatives

Sous ce titre style groupe de rock des années 60, se cache un blog consacré aux luttes émancipatrices, à la recherche du forum politico/social pour des alternatives, à la critique du système territorial français et à son évolution possible, aux luttes urbaines et au" Droit à la Ville", au Grand Paris, aux relations Paris/Banlieues; aux enjeux de la métropolisation, .......par Pierre Mansat, délégué général de La Ville en Commun, animateur de l'Association Maurice Audin

Dans le quotidien La Montagne, Pierre Mansat évoque sa jeunesse à Montluçon et sa vision de l’évolution de la ville

L’élu parisien Pierre Mansat évoque sa jeunesse à Montluçon et sa vision de l’évolution de la ville

L’élu parisien Pierre Mansat évoque sa jeunesse à Montluçon et sa vision de l’évolution de la ville
« J’ai grandi dans une famille très politisée, marquée par l’engagement au Parti communiste et à la CGT. »
 
Spécialiste du Grand Paris et élu de la capitale depuis plus de vingt ans, Pierre Mansat n’en est pas moins montluçonnais. Il y a vécu jusqu’à ses 19 ans.
 

Après l'élection d'Anne Hidalgo à la tête de la capitale, Pierre Mansat a été nommé inspecteur général de la ville de Paris chargé d'une mission sur le Grand Paris. Un sujet que l'élu communiste connaît sur le bout des doigts pour avoir tissé des liens avec l'autre côté du périphérique pendant de longues années à la mairie de Paris. Il n'a pas oublié pour autant Montluçon, où il a vécu jusqu'en 1974, et où il est revenu à de nombreuses reprises.

« Cette majorité n'a pas réussi à redresser la barre »

Vous avez quitté Montluçon il y a plus de quarante ans. Quel regard portez-vous sur son évolution ? Quand je suis parti à 19 ans, je trouvais que c'était une ville un peu pesante, ennuyeuse, qui manquait de vie. Dans la vingtaine d'années qui a suivi, j'ai eu le sentiment que cette ville avait retrouvé un dynamisme, avec le centre Athanor, les Fédérés… Il se passait quelque chose.

Dans la toute dernière période, j'ai perçu de nouveau une forme de rétrécissement de la ville. Quand je suis parti, il y avait encore 60.000 habitants, aujourd'hui il n'y en a plus que 37.000. Mon sentiment est une inquiétude très forte à l'égard d'une ville moyenne comme celle-là, qui subit de plein fouet les politiques de dégradation du service public et les menaces sur le ferroviaire.

Le déclin était-il inexorable ? Il y a une grande responsabilité des actionnaires et patrons d'entreprises comme Dunlop ou Rousseau, qui n'ont pas su développer leurs atouts ou faire preuve d'anticipation. Et je ne crois pas que la politique de Dugléry ces dernières années soit satisfaisante. Cette majorité n'a pas réussi à redresser la barre. Un exemple avec le centre-ville : on a ouvert des supermarchés en masse en périphérie, il ne faut pas s'étonner aujourd'hui si les commerces du centre-ville faiblissent ou disparaissent.

Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous feriez si vous étiez élu à Montluçon et pas à Paris ? J'ai pas mal de copains qui m'ont dit de revenir à Montluçon, mais ma vie était à Paris, avec la famille et les enfants. Je ne veux pas être donneur de leçons, mais j'imagine que j'aurais voulu continuer d'accentuer la qualité de la politique culturelle, qui est très importante, et la formation professionnelle, très tournée vers l'innovation. La formation professionnelle traditionnelle est importante mais il aurait fallu voir si cette ville, sur la base d'entreprises comme Safran, ne pouvait pas trouver un dynamisme dans des niches économiques, qui pourraient être intéressantes pour les jeunes.

Montluçon, cela vous renvoie à votre mère, qui vous a élevé seule. J'ai grandi dans une famille très politisée, marquée par l'engagement au Parti communiste et à la CGT. Ma mère était aux Télécom, elle m'élevait seule avec des revenus modestes. Elle était plus militante syndicale que politique, avec un côté anarcho-syndicaliste affirmé. À l'époque, être une mère célibataire était un poids important. C'était une battante, une bagarreuse.

Dès 1969, vous prenez votre carte aux Jeunesses communistes. La totalité de la famille était au Parti communiste, ou adhérent ou électeur. J'allais à la carrière des Grises, tout gamin, où des Montluçonnais avaient été fusillés par les Nazis. J'étais nourri des récits de la Révolution française, de la Résistance. J'ai eu une période où tous les samedis après-midi, j'étudiais Lénine plutôt que de retrouver les copains. En mai 68, ma mère était en grève et on allait porter les ravitaillements aux ouvriers qui occupaient l'usine.

Une autre figure de votre enfance est votre oncle Armand Mansat, maire et conseiller général dans les Combrailles pendant plusieurs décennies. Pendant les vacances, cela m'arrivait de faire le secrétaire de mairie de Neuf-Église (Puy-de-Dôme). C'était un rassembleur. Il m'a marqué par son côté unitaire, il était à l'opposé du sectarisme, qu'on pouvait identifier à des périodes du Parti communiste. Sa parole était très respectée, il avait des convictions profondes, argumentées, avait la capacité de parler avec les autres, même ceux qui n'étaient pas d'accord avec lui.

Guillaume Bellavoine

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un petit commentaire , dans l'entretien j'avais dis tout le bien que je pensais de la gestion de Pierre Goldberg, maire communiste

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article