Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 08:09

Au lendemain d'un discours de Valérie Pécresse d'une virulence inattendue contre la métropole du Grand Paris, les élus de Paris métropole estiment que la conférence des territoires ou un comité de liaison permettra de coordonner au mieux l'action des différents échelons.

« La métropole du Grand Paris est un contre-sens historique et une aberration administrative et économique », a déclaré Valérie Pécresse vendredi 18 décembre lors de son premier discours à la présidence de la Région, ajoutant « qu’il est encore temps d’abandonner ce projet qui exclut, qui complexifie et qui taxe ».

Pierre Mansat, Jacques JP Martin et Philippe Laurent estiment qu’il sera temps, une fois la métropole installée, de définir, au sein de la conférence territoriale de l’action publique ou d’un comité de liaison, la meilleure organisation entre les différents niveaux d’administration locale.

Au lendemain de ces propos, d’une virulence inattendue, les ténors de Paris métropole relativisent leur portée. Quelle que soit leur couleur politique, ils estiment que la conférence territoriale de l’action publique (Ctap), créée par la loi NOTRe, ou un comité de liaison, donnera l’occasion aux représentants des différents échelons de définir la meilleure articulation entre les différents niveaux d’administration dans une région polycentrique et multipolaire.

« La métropole est sur les rails. Les conseils municipaux ont désigné leurs représentants à la métropole et au sein des territoires cette semaine. Le président de la métropole et ses vice-présidents seront élus le 22 janvier prochain », commente Pierre Mansat. Le responsable de la mission Grand Paris de la mairie de Paris ne cache pas néanmoins sa surprise face aux propos de Valérie Pécresse, « alors que ce sujet n’avait pas été, hélas, évoqué durant la campagne pour les régionales ». Pour ce précurseur du Grand Paris, pilier de Paris métropole, « tout le monde semble oublier aujourd’hui que la loi NOTRe crée une conférence territoriale de l’action publique (Ctap), présidée justement, en Ile-de-France, par la présidente de la Région. « Ces commissions serviront précisément à organiser les relations entre les différents niveaux de collectivités. Il faudra attendre que la métropole soit installée pour que tout le monde se mette autour de la table et définisse ce qui doit l’être », poursuit Pierre Mansat.

Polycentrisme et multipolarité

Jacques JP Martin, maire (LR) de Nogent-sur-Marne, vice-président de Paris métropole, qui figure parmi les noms cités comme président possible pour la future métropole estime également que la conférence territoriale de l’action publique (Ctap), constitue le bon endroit pour évoquer l’articulation entre les différents niveaux de collectivité. « Je connaissais la position de Valérie Pécresse, qui a toujours dit qu’elle estimait que le bon périmètre pour la métropole était celui de la Région. Mais j’ai eu l’occasion de lui dire, encore récemment, que la région avait justement toute sa place pour coordonner la zone dense et les territoires moins denses de l’Ile-de-France ». Pour le maire de Nogent, qui préside également la communauté d’agglomération de la vallée de la Marne, « la métropole procède des communes, dont elle est une émanation, alors que la région est une collectivité stratégique, hors-sol, au sein de laquelle les conseillers régionaux ne représentent qu’eux-mêmes et la formation politique dont ils sont issus ». Une différence de nature, qui rend inopérante, selon lui, l’idée d’une métropole régionale que tant d’acteurs appellent de leurs voeux. « Il est temps non pas d’enterrer la hache de guerre, mais de fumer le calumet de la paix. La métropole tout comme la région ont besoin de multipolarité et de polycentrisme », conclut Jacques JP Martin.

Pour Philippe Laurent, maire (UDI) de Sceaux, seul candidat déclaré à la présidence de la métropole du Grand Paris « métropole et région sont parfaitement complémentaires, à condition qu’elles sachent assurer en permanence la cohérence de leurs réflexions et actions. Un comité de liaison est probablement nécessaire, estime-t-il. Mais si nous échouons sur ce point, si les deux institutions – qui existent désormais par la loi – s’affrontent, nous perdrons la confiance des acteurs socio-économiques et ce sera l’échec de tous les élus, y compris régionaux. Malgré les propos un peu vifs tenus dans son discours d’investiture, je suis convaincu que ce n’est pas ce que souhaite la nouvelle présidente du conseil régional. D’ailleurs, si elle refuse tout accord avec la métropole, pourquoi a-t-elle donné une délégation sur le Grand Paris à l’un des ses vice-présidents ? Allons, il faudra bien que les choses se calment dès l’installation de la métropole ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT
commenter cet article

commentaires