Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 08:50

La Métropole du Grand Paris, "pas à la hauteur de l'enjeu" (Simon Ronai)

02/06/2015 19:33:45  AFP (505)

  PARIS, 2 juin 2015 (AFP) - Le Sénat a approuvé mardi dans le cadre de l'adoption de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) la création de la Métropole du Grand Paris, dans une version bien moins ambitieuse que la mouture initiale. Simon Ronai, urbaniste, juge sévèrement cette métropole "rabougrie".

QUESTION: La Métropole du Grand Paris doit naître le 1er janvier 2016, ou le 1er janvier 2017, si l'Assemblée reprend à son compte le calendrier du Sénat. Quelles seront ses compétences et moyens?

REPONSE: "Répondre à cette question est compliqué, parce que les élus se sont appliqués à ce que rien ne soit clair, à ce que rien ne soit définitif et précis. Que la métropole naisse en 2016 ou 2017, il est prévu une phase intermédiaire jusqu'en 2020, pendant laquelle justement seront précisément définies les compétences de chacun (les communes, la métropole, et les établissement publics territoriaux qui forment l'échelon intermédiaire, ndlr) en fonction de ce que les élus décideront.

Il y avait initialement un projet relativement clair, et puis progressivement -c'est le quatrième projet de loi- les choses s'obscurcissent. Tout ce qui pourrait être clair sur le plan juridique etc. est toujours repoussé à des décisions futures.

Au 1er janvier 2016, une métropole sera créée, mais ça ne sera pas un bouleversement. Elle aura très peu de compétences, et très peu de moyens -au jour d'aujourd'hui les élus exigent la neutralité budgétaire, c'est-à-dire que tous les territoires retrouvent exactement leurs moyens actuels.

Cette métropole est une métropole rabougrie, qui n'est pas à la hauteur de l'enjeu."

Q: Pourquoi un tel "détricotage"?

R: "Les élus ont fait preuve d'une imagination débordante pour freiner le processus. On a assisté à ce qu'on n'avait jamais vu dans le système parlementaire: à ce qu'une loi qui avait été votée (la loi Maptam, ndlr), soit aussitôt remplacée par une nouvelle loi.

Les maires, toutes couleurs confondues, ne veulent pas perdre une parcelle de leur pouvoir. Il y a aussi le sujet de la péréquation financière puisque dans le projet initial du gouvernement, l'idée c'était quand même une grande péréquation financière au bénéfice de la Seine-Saint-Denis. C'était le projet qui était porté par (l'ancien président du conseil général de Seine-Saint-Denis) Claude Bartolone. Evidemment les Hauts-de-Seine et dans une autre mesure Paris n'étaient pas très enthousiasmés. S'est ajouté l'affaiblissement de l'Etat assimilé au gouvernement, à travers toute une série d'élections territoriales."

Q: Peut-on néanmoins attendre quelque chose de positif de la métropole? C'est un premier pas?

R: "Du seul fait de la création de cette métropole, on aura un périmètre, on aura une assemblée, le début du commencement d'un lieu politique nouveau qui devra trouver sa place entre les territoires, les communes, la région. C'est l'amorce de quelque chose qui a été très difficile à mettre en oeuvre, mais sans qu'on puisse dire vraiment aujourd'hui ce qu'il en sera.

Donc on peut le voir comme un premier pas, mais vraiment un tout petit pas, en espérant qu'il n'y aura pas de pas en arrière."

Propos recueillis par Stéphanie LEROUGE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT
commenter cet article

commentaires