Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 15:17

Grand Paris : l'exécutif barre la route à NKM

Le mode de scrutin rend difficile l'élection de la députée UMP à l'assemblée métropolitaine

Le préfet d'Ile-de-France, Jean-François Carenco, s'est attiré les foudres de Nathalie Kosciusko-Morizet, le 21  mai. La chef de file de la droite parisienne n'a pas supporté d'entendre le représentant de l'Etat cautionner le dessein gouvernemental qui conduit de fait à l'évincer de la future métropole du Grand Paris, barrant ainsi la route à son éventuelle candidature à la présidence de l'institution, qui doit voir le jour le 1er  janvier  2016.

Le motif de son courroux est un amendement, déposé par le gouvernement, au projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République, dont l'examen en seconde lecture débute au Sénat, mardi 26  mai. L'exécutif entend revoir le mode de scrutin prévu par la loi de janvier  2014, afin d'éviter une assemblée du Grand Paris pléthorique. Celle-ci compterait 212 représentants, dont une soixantaine pour la capitale.

Un seul métropolitain serait élu par le Conseil de Paris. Les autres représentants parisiens seraient désignés à l'échelle de chaque arrondissement " au scrutin de liste à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne ", indique le gouvernement. NKM est élue dans le 14e, où la gauche est très nettement majoritaire. L'élection aboutirait à " quatre conseillers PS sur quatre ", calcule Grégoire de Lasteyrie, maire (UMP) de Palaiseau, proche de la députée de l'Essonne.

Si elle n'est pas à l'origine de l'amendement, Anne Hidalgo l'approuve. Selon la maire de Paris, il prend en compte le poids des arrondissements et le pluralisme des forces politiques de la capitale. Mme Hidalgo avait proposé un autre mode de scrutin, rejeté par Matignon, mais qui s'appuyait aussi sur les arrondissements et ne permettait pas davantage l'élection de son ex-adversaire. " NKM n'est pas mon sujet ",se défend la maire de la capitale. " Anne Hidalgo a toujours dit que si la métropole devenait un instrument de conquête pour son opposante, qu'elle a battue dans les urnes, cela bloquerait sa construction ", assume toutefois son entourage.

" Hors jeu "

A droite, l'annonce a suscité peu de réactions. Pour Patrick Devedjian, président UMP des Hauts-de-Seine, évincer NKM " est le seul but du dispositif adopté ". Puisque " la gauche ne peut battre NKM à la loyale, elle change le mode de scrutin ", ajoute François-David Cravenne, conseiller UMP de Paris. Mais " les prétendants de droite à la présidence du Grand Paris se frottent les mains à la perspective de voir NKM hors jeu ", décrypte un élu UMP parisien.

Au sein de la majorité parisienne, certains désapprouvent l'amendement concocté par Matignon. " Il s'agit d'une loi ad hominem, d'une grande bassesse politicienne ", attaque ainsi Yves Contassot (EELV), qui prédit des recours juridiques si l'amendement était voté.

Béatrice Jérôme

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT
commenter cet article

commentaires