Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Paris Metropole
  • Paris Metropole
  • : blog consacré au Grand Paris, à Paris Métropole aux relations Paris / Banlieues par Pierre Mansat
  • Contact

Coups de coeur

Recherche

Texte libre

15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 09:28

L'opération pédagogie de Valls sur le Grand Paris

14/04/2015 19:13:54 AFP

Par Sophie LAUTIER

  PARIS, 14 avr 2015 (AFP) - Manuel Valls a mené mardi devant les maires franciliens une opération de pédagogie sur sa vision d'un Grand Paris élargi, visant à apaiser les inquiétudes des élus quant à la démarche de "concertation" de l'État sur le logement.

"Ma présence parmi vous, c'est l'expression d'une conviction profonde: nous devons construire le Grand Paris avec les collectivités, et d'abord avec les maires, en sachant dépasser les clivages habituels", a déclaré le Premier ministre, premier chef d'exécutif à se rendre au salon de l'Association de maires d'Ile-de-France (AMIF).

Il s'est rendu au Parc floral de Paris juste après avoir réuni une dizaine de ministres à Matignon pour son second comité interministériel sur le Grand Paris, dont il a réservé aux maires la primeur.

Si sa revue de détail a balayé tous les champs désormais englobés dans le Grand Paris -recherche et enseignement supérieur, emploi, candidatures de Paris aux jeux Olympiques et à l'Exposition universelle, numérique, politique de la Ville- en plus des quatre "piliers" (transport, logement, développement économique et métropole), ce sont surtout les précisions qui étaient attendues.

Car l'heure est à la défiance entre le gouvernement et les élus locaux, qui ne digèrent pas l'addition de la baisse drastique de dotations (11 milliards sur trois ans), de la modification des compétences dans la réforme territoriales (loi NOTRe), transferts non compensés.

Plusieurs élus du collectif des "maires en colère", badge à la veste et écharpe tricolore, se sont rassemblés devant le Salon. "Le gouvernement pioche chez nous après avoir fait les poches des contribuables", a déploré auprès de l'AFP le co-fondateur du collectif Didier Gonzalès, maire UMP de Villeneuve-le-Roi (Val de Marne). A défaut d'infléchir la position gouvernementale, Manuel Valls s'est montré compréhensif et a déjeuné avec eux.

L'annonce en fanfare en octobre dernier du lancement d'une opération d'intérêt national (OIN) mutli-sites pour tenter d'accélérer la construction de logements avaient crispé les élus. A titre d'exemple, ceux des Hauts-de-Seine s'étaient ligué contre l'hypothèse d'une transformation des 75 hectares de l'hippodrome de Saint-Cloud en 6.000 logements.

- 'A la mitraillette' -

Le ton était tout autre six mois plus tard: Manuel Valls admet les "craintes suscitées", ne veut "pas précipiter les décisions" et parle de "septembre" pour dresser une liste de sites où des projets seraient envisageables en OIN ou autrement et tout cela dans la plus grande "concertation".

"Il a cherché à rassurer les élus. Certains le seront, d'autres pas", a déclaré à l'AFP Stéphane Beaudet, maire UMP de Courcouronnes (Essonne) et président de l'AMIF. "Pas forcément du nouveau" dans l'allocution de M. Valls mais "plutôt une reformulation de ce qui avait été mal annoncé" cet automne, un peu "à la mitraillette", alors que "beaucoup de projets étaient déjà en cours localement, a-t-il estimé.

Pour lui, une OIN "ça ne peut pas être que du logement" ni que "la main mise de l'État". A titre d'exemple, la réunion État-collectivités sur la "Porte sud du Grand Paris" lundi a montré qu'"il y a un ordre: 1- l'économie et l'emploi, 2- les transports et 3- le logement. A chaque fois qu'on entrera dans le sujet (d'aménagement) à l'inverse, on se prendra les élus!", a expliqué M. Beaudet.

Plaine Commune, plus grande intercommunalité francilienne en Seine-Sait-Denis, dirigée par le communiste Patrick Braouezec, s'est alarmée de possibles projets sur sol (3 des 20 sites possibles de l'OIN sont répertoriés) alors qu'elle en produit 3.000 par an et demande à l'État "une répartition équitable de l'effort".

La transformation d'ici "l'été" de l'Agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP) en "Grand Paris Aménagement" chargé de cette OIN mal-aimée pourrait être l'occasion de clarifier les visées d'un tel outil. "Il n'y aura pas de +Gosplan+", a assuré un bon connaisseur du sujet, "l'idée est porter un modèle économique pour qu'une opération d'aménagement soit rentable et finance les équipements publics induits (écoles, stades, etc.)".

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre MANSAT
commenter cet article

commentaires